Le parti au pouvoir en Tunisie, Nidaa Tounes, a accusé, mardi, des membres des services de sécurité d’avoir « surveillé » sa réunion tenue hier lundi. L’accusation a été démentie par le ministère de l’Intérieur.

Nidaa Tounes a indiqué, dans un communiqué publié sur sa page Facebook, « que lors de la réunion tenue (hier lundi) au siège du parti (à Tunis) avec les membres du gouvernement appartenant au parti, des policiers en civils ont demandé au gardien du siège de leur fournir une liste des noms des ministres présents à la réunion et des noms de toutes les personnes qui y ont assisté ».

Le parti a condamné fermement ces pratiques, dans son communiqué dont Anadolu a eu copie.

Le parti a également appelé le ministre de l’Intérieur (Hicham Fourati) à « ouvrir une enquête à cet égard, et à empêcher ces violations contraires aux fondements des libertés publiques et au climat de transition démocratique ».

De son côté, le ministère de l’Intérieur a réfuté les accusations de Nidaa Tounes et a indiqué, mardi dans un communiqué dont Anadolu a eu copie, que « s’il y avait une présence sécuritaire (autour des locaux de la réunion), elle est chargée d’assurer naturellement la sécurité ».

« Toutes les unités sécuritaires et les institutions relevant du ministère opèrent dans le cadre des missions qui leur incombent, loin de toutes les querelles politiques et partisanes et de toutes les parties concernées par les affaires publiques, dans le respect des principes de sécurité et des constantes républicaines », ajoute le communiqué.

Le ministère a appelé « à ne pas impliquer l’institution sécuritaire dans les tiraillements politiques qui risquent d’affecter négativement ses services ».

Le parti Nidaa Tounes avait tenu, hier lundi, une réunion présidée par le directeur exécutif, Hafedh Caïd Essebsi (fils du président tunisien Béji Caïd Essebsi), avec les représentants du gouvernement appartenant au parti, et le président de son bloc parlementaire, Sofien Toubel.

La réunion a port » sur « l’évaluation de la spécificité de la période politique, économique et sociale dans le pays », selon un communiqué publié sur la page Facebook de Nidaa Tounes.

Le parti est secoué par une crise interne en raison d’un différend entre le directeur exécutif, Hafedh Caïd Essebsi, et le chef du gouvernement, Youssef Chahed, qui est membre de Nidaa Tounes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here