samedi, mai 21, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Tunisie: la justice militaire émet un mandat de dépôt contre l’ancien bâtonnier des avocats

Le juge d’instruction près le tribunal militaire de première instance de Tunis a émis, mercredi, un mandat de dépôt contre l’ancien bâtonnier des avocats, Abderrazek Kilani.

C’est ce qu’a affirmé son avocat Samir Dilou dans une déclaration accordée à l’Agence Tunis Afrique Presse (TAP/officiel).

D’après Dilou, Kilani « devrait répondre des griefs tirés des articles 79, 125 et 136 du code pénal », a rapporté la TAP. Et de préciser « qu’une vingtaine d’avocats se sont portés à la défense du bâtonnier pendant plus de dix heures ».

« Il s’agit d’un rude coup porté à la profession d’avocat en Tunisie », a regretté Dilou.

Le 28 février dernier, l’ancien bâtonnier a dénoncé son procès qu’il a qualifié de « politique par excellence ».

« Je n’ai jamais incité les forces de l’ordre à « la rébellion », a-t-il souligné. Expliquant « que l’échange verbal qu’il a eu avec les agents de sécurité devant l’hôpital Habib Bougatfa à Bizerte où se trouvait son client, Noureddine Bhiri, membre du mouvement Ennahdha était « purement juridique et civique », a encore fait valoir la TAP.

Kilani est accusé d’avoir troublé « l’ordre public » et d’avoir commis « une infraction à l’exécution d’une loi ». Il fait aussi l’objet d’autres accusations dont: « l’outrage à un fonctionnaire public par voie de paroles et menaces dans l’exercice de ses fonctions, la tentative de provoquer, au moyen de troubles et de manœuvres frauduleuses, une cessation individuelle ou collective de travail et d’incitation des forces de sécurité à la rébellion ».

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos