vendredi, août 12, 2022

Tunisie : L’ISIE lancera des poursuites judiciaires contre ceux qui boycotteront le référendum du 25 juillet prochain

Courrier arabe

En Tunisie, les déclarations présentées par les membres de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) ont fait polémique, après avoir évoqué «la possibilité de lancer des poursuites judiciaires contre les Tunisiens qui boycotteront le référendum du 25 juillet».

Le vice-président de l’ISIE, Maher Jedidi, avait signalé lors de déclarations présentées mardi à la radio officielle : «Au cas où les actes et agissements de ceux appelant au boycott peuvent être qualifiés de crimes de droit commun, ces derniers pourront faire face à des poursuites pénales».

L’opposition se dit «inquiétée par cette déclaration, car elle risque de se retrouver face à des accusations d’atteinte à la sécurité nationale et à la paix sociale, en raison des appels au boycott du référendum».

Les appels au boycott et la campagne

Maher Jedidi avait souligné que «ceux appelant au boycott du référendum n’étaient pas concernés par la campagne du référendum».

Il avait précisé: «Les participants à la campagne du référendum sont les personnes physiques, les partis politiques, les organisations, les associations et les instances œuvrant pour l’intérêt public et visant à concrétiser le principe de la citoyenneté et les valeurs de la démocratie».

Il avait aussi affirmé que «seuls ceux appelant à voter en faveur ou contre le projet de la nouvelle constitution avaient la possibilité de participer à la campagne du référendum».

Les membres de l’ISIE lancent des messages clairs

De son côté, Mohamed Tlili Mansri, membre de l’ISIE a indiqué, lors de déclarations de presse, que «les partis politiques et les associations appelant au boycott du referendum, et qui ne déposeront pas des autorisations de participation, seront interdits de parler du référendum, devant les médias et les rassemblements publics».

De son côté, Sami ben Salama, membre de l’ISIE, a noté sur son compte Facebook: «Toutes déclarations irresponsables est loin de représenter l’ISIE».

Il avait noté : «Il importe de rappeler que l’ISIE est chargée d’installer un climat favorable aux élections, de gagner la confiance des électeurs et des acteurs politiques (soient qu’ils appellent à la participation ou au boycott) et de leurs préparer un climat favorable pour exercer leurs devoirs, afin que l’opération électorale se déroule au mieux, pour notre pays et notre peuple».

Les politiciens demandent des explications

Dès lors, Bassam Mater, le président de l’Association Tunisienne pour l’Intégrité et la Démocratie des Elections (ATID), a signalé lors de déclarations présentées au journal al-Araby al-Jadeed, «L’ISIE doit organiser une conférence de presse pour expliquer les décisions annoncées par ses membres au sujet boycotteurs du référendum».

Il avait estimé «qu’il était possible que les politiciens redoutent l’impact que pourrait avoir les boycotteurs sur le résultat du référendum», signalant que «l’opération électorale, prévue pour prochainement, était toujours obscure, ce qui n’est pas normal».

Il a toutefois indiqué que «les Tunisiens divisés en trois classes (opposants, partisans, et boycotteurs) se faisaient la guerre sur les réseaux sociaux», redoutant que «les conflits se transforment au monde réel, tenant compte de la tension qui continue de monter».

De sa part, l’organisation «I Watch» a dénoncé lors d’un communiqué publié mardi soir, que «les menaces lancées par l’ISIE et ses membres aux individus et aux organisations».

Elle avait accusé l’ISIE et ses membres «d’adopter une politique trompeuse, pour mettre en œuvre une propagande au profit des parties qui ont lancé le référendum».

Ziyad al-Hachimi, membre du parti, Coalition de la dignité, a expliqué au journal al-Araby al-Jadeed que «les décisions annoncées par l’ISIE (au sujet des boycotteurs du referendum) étaient illégales et contredisaient la constitution et présentaient des services au régime putschiste», précisant que «les jours à venir seront décisifs pour la Tunisie et la région arabe».

Et au sujet de l’interdiction des médias, il avait souligné : «Ceci sera un vrai challenge devant les médias tunisiens. Accepteront ils de se soumettre aux décisions qui ont placé la Tunisie en bas de la liste de la liberté d’expression?».

Dernières infos

Arabie saoudite : un homme recherché se fait exploser, blessant 4 personnes à Jeddah

Les autorités saoudiennes ont annoncé, ce vendredi, qu'un homme...

Onze morts en Gambie dans les pires inondations depuis 50 ans

La Gambie a subi les pires inondations "en près...

322 personnes tuées et 163 mille déplacées au Soudan, selon les Nations unies

L'organisation des Nations unies (ONU) a déclaré lundi que...

À ne pas rater

Offensive contre Gaza : Les pays du Golfe condamnent et appellent à la protection des civils

L’offensive israélienne lancée vendredi 5 août 2022, contre la...

Émirats arabes unis : les inondations font sept morts

Le ministère de l'Intérieur des Émirats arabes unis a...

Des pluies torrentielles s’abattent sur le Golfe (Vidéos)

Des pluies torrentielles se sont abattues sur les pays...

«Washington a demandé l’arrestation de l’avocat de Khashoggi», affirme un responsable émirati

Un responsable travaillant au gouvernement des Émirats arabes unis...

Tunisie: Le tribunal administratif suspend l’exécution de nombreuses décisions de révocation de magistrats

Le tribunal administratif de Tunis a suspendu l'exécution de la décision du président Kaïs Saïed de révoquer un certain nombre de juges, rendue en...

Tunisie : approbation officielle de l’accord de prêt avec la BIRD

Un décret présidentiel relatif à l'approbation d'un accord de prêt avec la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) de 130 millions...

Tunisie : arrestation de l’ancien député Rached Khiari

Un avocat tunisien a signalé, mercredi, que «les autorités de son pays ont interpellé l’ancien député Rached Khiari». Ce dernier était recherché par la...

Tunisie: la centrale syndicale menace de faire grève dans le secteur public

L'Union générale tunisienne du travail (Ugtt – centrale syndicale) a menacé, jeudi, par la voix de son secrétaire général, Noureddine Taboubi, de recourir à...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here