samedi, mai 21, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Tunisie : Un député partisan de Kaïs Saïed a été interdit de voyager

Courrier arabe

Le député tunisien, Anouar Ben Chahed, représentant le parti du Courant démocrate, a été interdit de voyager vers la France, selon des instructions reçues par le ministère de l’Intérieur de son pays.

Sur sa page Facebook officielle, il dénonça le fait qu’il soit interdit de voyager, indiquant «ne jamais avoir enfreint la loi».

Il avait crié «des décisions arbitraires, une violation de la constitution, et une violation des droits de l’homme».

Il nota : «La constitution a été bouffée par l’âne», en affirmant que «le changement qui porte atteinte aux droits de l’homme était un putsch».

La constitution bouffée par l’âne

Pour commenter l’affaire, des activistes ont publié une rencontre datant de 2014, où Kaïs Saïed, à l’époque enseignant à l’université, avait dit qu’«il avait peur que la constitution se fasse bouffée par l’âne».

Les déclarations furent présentées à la chaîne tunisienne, et Kaïs Saïed expliqua qu’«il  faisait illusion à un spectacle où le célèbre acteur syrien Dureid Laham, jouait le rôle du maire du village et avait demandé à un de ses agents de ramener la constitution, mais ce dernier lui indiqua que l’âne l’avait bouffée».

Dans un premier temps, le député avait salué les décisions annoncées par le président, signalant qu’elle répondaient à ses demandes, à celles de son parti et à celles du peuple».

Dès lors, les activistes ont critiqué son attitude, dénonçant son double jeu et déplorant le fait que «pour lui, le changement avant l’interdiction était le bienvenu, mais après l’interdiction il était un putsch».

D’autres signalèrent que «le putsch commence par balayer ses partisans, avant de se tourner vers les autres».

Rappelons que depuis les mesures avancées par le Président tunisien, le 25 juillet dernier, des députés, des hommes d’affaires et des juges ont été interdits de voyager, et des députés ont été interpellés et soumis à une enquête militaire avant d’être placés en prison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos