dimanche, octobre 24, 2021

Une campagne pour demander la libération de Jordaniens emprisonnés aux Émirats arabes unis

Courrier arabe

Les proches de Jordaniens détenus par les autorités des Émirats arabes unis depuis plusieurs années ont lancé une vaste campagne sur les réseaux sociaux pour appeler à leur libération notamment après avoir su que certains d’entre eux avaient été contaminés par le coronavirus.

C’est avec le hashtag #المعتقلين_الأردنيين_بالإمارات (Détenus jordaniens aux Émirats) sur Twitter que les familles des détenus ainsi que les activistes ont choisi d’appeler les autorités des EAU à libérer les détenus jordaniens dans leurs prisons.

Les internautes ont également appelé le ministère jordanien des Affaires étrangères, qui n’avait jusqu’à présent fait aucune déclaration concernant le sujet, à entreprendre les mesures nécessaires pour libérer ces Jordaniens détenus dans un pays étranger.

Les principaux concernés par cette campagne sont Baha al-Din Matar, Maher Attia, ainsi que les frères Yasser et Abdullah Abu Bakr qui ont été emprisonnés en 2015 par les autorités des EAU pour avoir échangé des vidéos de L’État islamique, aussi appelé Daech.

Ils ont été accusés de propagande pour l’État islamique et ont écopé de 10 ans de prison chacun et d’une amende d’un million de dirhams émiratis.

C’est avec la propagation du coronavirus que cette campagne a été lancée, notamment après que des nouvelles concernant la contamination de certains détenus se soient répandues.

Human Rights Watch a confirmé, il y a quelques jours, que le coronavirus se propageait dans les prisons des Émirats arabes unis et que plusieurs cas ont été confirmés dans au moins trois prisons en appelant les autorités à « prendre des mesures urgentes pour protéger la santé mentale et physique des prisonniers ».

L’organisation a signalé que les prisonniers ont été privés des soins médicaux adéquats, et qu’ils auraient été détenus dans des cellules surpeuplées en ajoutant que « les autorités ne fournissaient pas d’informations concernant la pandémie aux prisonniers et à leurs familles ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos