Des sources yéménites ont annoncé la mort de quatre personnes, dont une petite fille, ajoutant que des dizaines d’autres ont été blessés, après qu’un missile a été lancé par les forces de l’ordre yéménites affiliées aux Émirats arabes unis (EAU), sur un quartier populaire au sud d’Aden.

Les sources locales ont raconté que les forces de la protection présidentielle assuraient le contrôle d’un large périmètre dans la région de «Kriter» à Aden, et que les forces du conseil transitionnel –soutenu par les EAU- battaient en retraite.

D’un autre côté, des photos publiées par des activistes affichaient un des chefs de la protection présidentielle, en compagnie de dirigeants du gouvernement, se baladant dans les rues et les marchés de la ville ce matin.

Dans le même contexte, des sources ont rapporté à la chaîne d’informations «al-Jazeera» que les forces de la défense côtière, affiliées au gouvernement yéménite, contrôlaient toute la ligne de «Abine» vers «al-Arich», signalant que la ligne maritime représentait un accès pour les districts les plus importants du gouvernorat d’Aden.

Les yéménites soutiennent la protection présidentielle

Entre temps, plusieurs citoyens se sont manifestés à «Taaz», après la prière du vendredi, dénonçant les combats et le chaos qui inondent Aden depuis mercredi.

Les manifestants, qui ont affiché leur soutien aux troupes de la protection présidentielle, estimant qu’elles se battaient pour la souveraineté du pays, et qu’elles protégeaient les institutions de l’Etat, ont également demandé à la coalition arabe de mettre fin aux troubles qui ont éclaté entre les forces du gouvernement, et ceux du conseil transitionnel appuyé par les émiratis.

Toutefois, il convient de signaler que toutes ces évolutions se présentent suite aux attaques successives dont les forces de l’ordre affiliées aux EAU ont été victimes, et là où la coalition arabe avait redouté une alliance des groupes armés au Yémen, contre un seul ennemi «l’existence militaire arabe».

La carte militaire du pays reste difficile à élaborer, et face à un chamboulement chronique inattendu, plusieurs observateurs et ONG humanitaires appellent à protéger les civils et à les épargner des métastases à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here