mardi, novembre 24, 2020

Arabie saoudite : des milliers de Subsahariens risquent la mort dans des camps « infernaux »

Le journal britannique « The Sunday Telegraph » a rapporté que des milliers de migrants subsahariens sont détenus en Arabie Saoudite, dans des camps similaires aux camps d’esclaves libyens, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Le journal a publié, dimanche, des photos envoyés par des migrants détenus dans lesdits camps, montrant des dizaines d’hommes aux visages émaciés et figés à cause des hautes températures dans le pays arabe, considéré comme l’un des plus riches du monde.

« Les détenus gisaient torses nus en rangées serrées dans de petites pièces aux fenêtres grillagées », indique le journal.

Une photo montre ce qui semble être un cadavre enveloppé dans une couverture au milieu d’eux. Ils disent que c’est le corps d’un migrant qui est mort d’un coup de soleil et que les autres ont à peine assez de nourriture et d’eau pour survivre.

Une autre photo montre un jeune homme africain pendu à une grille de fenêtre. Détenu depuis avril, l’adolescent s’est suicidé après avoir perdu espoir, disent ses amis.

Les migrants, dont plusieurs affichent des cicatrices sur le dos, affirment être battus par des gardiens qui leur lancent des insultes raciales.

«C’est l’enfer ici. Nous sommes traités comme des animaux et battus tous les jours », a déclaré Abebe, un Éthiopien détenu dans l’un des centres depuis plus de quatre mois, selon la même source.

«Si je vois qu’il n’y a pas d’échappatoire, je me suiciderai. D’autres l’ont déjà fait », a-t-il ajouté via un intermédiaire qui a pu communiquer sur un téléphone introduit en cachette.

«Mon seul crime est d’avoir quitté mon pays à la recherche d’une vie meilleure. Mais ils nous ont battus avec des fouets et des câbles électriques comme si nous étions des meurtriers.

Les images et les témoignages ont suscité l’indignation des militants des droits de l’homme et ont une résonance particulière à la lumière des manifestations mondiales du mouvement « Black Lives Matter ».

«Des photos fuitées de l’intérieur de ces centres de détention, situés au sud de l’Arabie saoudite, montrent que les autorités de la région soumettent les migrants de la Corne de l’Afrique à des conditions sordides et déshumanisantes, (dans des camps) surpeuplées, sans égard pour leur sécurité ou leur dignité», a déclaré Adam Coogle, directeur adjoint de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient, après avoir été montré les images par The Sunday Telegraph .

«Les centres de détention sordides du sud de l’Arabie saoudite sont bien en deçà des normes internationales. Pour un pays riche comme l’Arabie saoudite, il n’y a aucune excuse pour retenir les migrants dans des conditions aussi déplorables », a ajouté M. Coogle.

L’Arabie saoudite, riche en pétrole, exploite depuis longtemps la main-d’œuvre migrante d’Afrique et d’Asie. En juin 2019, environ 6,6 millions de travailleurs étrangers représentaient environ 20% de la population du pays du Golfe, la plupart occupant des emplois mal payés et souvent physiquement pénibles.

Les migrants travaillent principalement dans la construction et les tâches domestiques manuelles que les ressortissants saoudiens préfèrent ne pas faire eux-mêmes. Beaucoup viennent d’Asie du Sud, mais un important contingent vient de la Corne de l’Afrique, qui se trouve de l’autre côté de la mer Rouge.

Les centres de détention identifiés par le Sunday Telegraph hébergent principalement des hommes éthiopiens et il y en aurait d’autres remplis de femmes.

Le Sunday Telegraph a pu géolocaliser deux des centres. L’un est à Al Shumaisi, près de la ville sainte de La Mecque et l’autre à Jazan, une ville portuaire près du Yémen. On pense que d’autres abritent des milliers d’Éthiopiens.

Les migrants de ces centres ont déclaré qu’il y avait des centaines de personnes dans chaque pièce. Les images satellite montrent qu’il y a plusieurs bâtiments dans les deux centres, ce qui signifie qu’il peut y avoir beaucoup plus de migrants dans chaque centre qui ne peuvent pas être contactés.

Plusieurs des migrants ont déclaré avoir été arrêtés à leurs domiciles dans diverses villes saoudiennes avant d’être placés dans les camps. D’autres sont des réfugiés africains du Yémen ravagé par la guerre.

«L’Arabie saoudite, pays riche, détient depuis longtemps des migrants sans papiers, dont beaucoup originaires de la Corne de l’Afrique, dans des camps tellement surpeuplés et insalubres, dans des conditions épouvantables que les migrants en ressortent souvent traumatisés ou malades», a déclaré M. Coogle.

«Il est juste de se demander si les autorités saoudiennes autorisent délibérément ces conditions de détention afin de punir les migrants», a-t-il ajouté.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

«Netanyahou a bien été en Arabie saoudite», confirment des sources saoudiennes et un ministre...

Des sources saoudiennes et le ministre de l’Education israélien, Yoav Galant, ont affirmé que «les rapports médiatiques diffusés au sujet de la visite secrète...

Amnesty International renouvelle son appel à la libération d’activistes des droits humains en Égypte

L'organisation Amnesty International a renouvelé son appel aux autorités égyptiennes pour qu'elles libèrent immédiatement les dirigeants d'une organisation de défense des droits humains détenus par les autorités. L'appel a été diffusé...

Le Premier ministre israélien se rendra bientôt à Bahreïn

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a annoncé qu'il se rendrait prochainement à Bahreïn, suite à une invitation officielle. Netanyahu a écrit dans un tweet, mardi : "J'ai discuté...

États-Unis : Trump accepte la transition du pouvoir à Biden

Le président américain sortant Donald Trump a annoncé mardi que son administration est prête à entamer le processus de transition du pouvoir, au président élu Joe Biden. Sur...

Maroc : Plusieurs points de consensus sur l’unification de la Chambre des représentants libyenne

Le membre de la Chambre des représentants à Tripoli, Salah Fahim, a déclaré, lundi, que les mini-sessions consultatives pour unifier la Chambre des représentants libyenne tenues,...