mardi, décembre 1, 2020

Au risque d’une catastrophe, le réacteur nucléaire émirati inquiète les spécialistes de l’énergie   

Courrier arabe

Un rapport de spécialistes internationaux dans le domaine de l’énergie nucléaire, a mis en garde contre «un risque écologique imminent», concernant l’inauguration du réacteur nucléaire civil aux Emirats arabes unis (EAU), signalant que «le projet fut repoussé à plusieurs reprises pour des raisons sécuritaires».

Les EAU ont annoncé, hier samedi, le lancement du réacteur nucléaire baptisé Baraka, dans la région al-Dafra à Abu Dhabi, indiquant «qu’il s’agissait du premier des 4 prévus par le projet qui vise à élargir les capacités nucléaires et les sources énergétiques du pays».

Des questionnements et des mises en garde

Les spécialistes ont signalé lors d’un article publié par Power Technology, une organisation internationale spécialisée dans les sources de l’énergie, que «plusieurs points étaient inquiétants concernant le projet, notamment ceux liés aux probabilités de fuites, vu les problèmes techniques marqués lors de l’inauguration du réacteur».

«Le site est un autre défit, car le projet se fait dans une région qui n’est pas faite pour des structures sensibles », ajouta les spécialistes, qui expliquèrent que «d’une part, le climat saharien au Golfe n’était pas adapté pour l’énergie nucléaire et que d’une autre la région déstabilisée et constamment menacée».

«Les Houthis avaient attaqué des structures comme Aramco en Arabie saoudite, et ils ont menacé d’attaquer les EAU, suite à leur implication dans la guerre au Yémen», nota le rapport.

KEPCO et les scandales

Dans ce contexte, plusieurs rapports médiatiques ont signalé que «la compagnie sud-coréenne, Korea Electric Power Corporation (KEPCO), chargée de la réalisation du projet, avait été récemment impliquée dans une affaire où ses hauts responsables chargés la sécurité avaient été jugés pour falsification des documents de sécurité qui concernent certaines parties utilisées dans les réacteurs nucléaires».

Sur ce sujet, un professeur à l’Institut de l’énergie de l’université de Londres, Paul Dorfman, indiqua lors d’une rencontre avec al-Jazeera, que «les probabilités d’un accident n’étaient pas négligeables, et si une catastrophe se produisait, les dégâts seraient terribles pour la région».

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Pompeo au Sultanat d’Oman pour discuter des derniers développements régionaux

Le sultan d'Oman, Haïtham ben Tarik, a discuté avec le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo des derniers développements dans la région, rapporte l'agence de presse omanaise...

Libye : Invalides des milices de Haftar protestent contre la négligence des autorités

En Libye, un groupe d’invalides, des anciens combattants des milices du général à la retraite, Khalifa Haftar, a protesté, dimanche, contre la dégradation de...

Émirats arabes unis : La plus grande entreprise de bâtiment se déclare officiellement en...

La société de construction qui a contribué à la construction du plus haut bâtiment du monde aux Émirats arabes unis, Arabtec Holding, a officiellement annoncé...

L’armée Azerbaïdjanaise entre à Lachin conformément à l’accord avec l’Arménie

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a annoncé, lundi, l’entrée des forces armées azerbaïdjanaises dans la province de Lachin, après 28 ans d’occupation arménienne, suite à...

L’arme utilisée pour tuer le scientifique iranien a été fabriquée en Israël, selon Press...

L’arme ayant servi à tuer le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh près de Téhéran a été fabriquée en Israël, a rapporté lundi la chaîne de télévision...