dimanche, juin 13, 2021

Bahreïn : La mort d’un prisonnier atteint de la Covid-19 déclenche des manifestations

Courrier arabe

Au Bahreïn, la mort d’un prisonnier atteint de la Covid-19, malgré qu’il fût vacciné par les autorités de la prison, a poussé des centaines de personnes à organiser des protestations, portant le régime pour responsable de sa mort.

Mercredi, une manifestation a été organisée au village al-Dhiya, où des centaines avaient protesté pour dénoncer la mort de Hussein Barakat, décédé mardi à cause du coronavirus.

L’agence de presse américaine, Associated Press, a signalé que «des vidéos publiées sur les réseaux sociaux démontrait des gens en colère, criant et portant le roi Hamed ben Issa al Khalifa pour responsable du décès de Barakat».

Un communiqué, publié par le ministère de l’Intérieur du Bahreïn a signalé que «Barakat (48 ans) fut transféré de la prison vers l’hôpital, le 29 mai dernier, où il fut placé sous respiration artificielle, avant de décéder mardi».

Le communiqué ajouta : «Barakat avait été vacciné contre le coronavirus. Il avait pris les deux doses prescrites», sans révéler le nom du vaccin qui lui fut administré.

De sa part, le BIRD (Bahrain Institute for Rights and Democracy) a signalé que «Baraka était un prisonnier politique et purgeait sa peine à la prison de Jaw».

Il affirma : «Barakat avait reçu le vaccin chinois Sinopharm».

Il ajouta : «Barakat, ainsi que 53 autres personnes, furent condamnées en 2018 à perpétuité, lors d’un procès collectif où les autorités jugeaient 138 individus accusés d’adhésion à une cellule terroriste».

Dans ce contexte, il est à signaler que «depuis la propagation du virus à l’intérieur de la prison de Jaw, en mars dernier, les proches des prisonniers organisent régulièrement des protestations proclamant la libération de leurs enfants et demandant de meilleures conditions.

En avril dernier, de violents affrontements avaient éclaté entre les gardes et les prisonniers, lorsque ces derniers protestèrent contre leur situation de détention.

À l’époque, l’agence de presse française (AFP) signala que «les autorités au Bahreïn avaient libéré des dizaines de prisonniers politiques, après des manifestations proclamant leur libération, et des peurs liées à la propagation du coronavirus».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos