vendredi, mai 27, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Chronologie : Les Égyptiens fêtent l’anniversaire de la révolution du 25 janvier

Courrier arabe

Les Égyptiens ont célébré le 11ème anniversaire de la révolution du 25 janvier, où des milliers étaient descendus dans les rues, proclamant justice et liberté et exigeant le départ du régime.

Les manifestations, qui commencèrent le 25 janvier 2011, firent repoussées par la police. Les affrontements se sont poursuivis pendant 18 jours, faisant des centaines de morts et de blessés.

Dans ce qui suit, Courrier arabe présente une chronologie des évènements majeurs de la révolution ;

25 janvier 2011 : Des centaines de personnes sont descendus dans les rues, en réponse à l’appel lancé par l’initiative «Tous Khaled Saïd», (un jeune tué par les forces de l’ordre).

Des affrontements se sont déclenchés avec les forces de l’ordre, et des morts et des blessés sont tombés.

26 janvier 2011 : Les protestations se sont élargies dans tous les domaines. Plus de morts et de blessés sont tombés et des sites électroniques ont été censurés.

27 janvier 2011 : Les protestations se poursuivent et des personnalités politiques rejoignent le mouvement et demande au régime de répondre aux demandes du peuple.

28 janvier 2011 : «Vendredi de la colère», des millions de manifestants y participent, avec des forces politiques et libérales.

Les Frères musulmans, Kifaya et le 6 avril étaient les partis les plus présents.

29 janvier 2011 : Le couvre-feu se poursuit. Le président Mubarak relève le gouvernement de ses fonctions. Il nomme Omar Sliman (le chef des renseignements généraux) comme son adjoint et Ahmad Chafik Premier ministre.

30 janvier 2011 : L’armée descend dans les rues en renfort, 34 des dirigeants des Frères musulmans sorts de prison.

Obama le président américain, appelle à la transition pacifique du pouvoir.

31 janvier 2011 : Les protestations s’étendent dans tout le pays. L’armée annonce que «la force ne sera pas utilisée», et Omar Sliman commence à négocier avec les protestants.

1èr février 2011 : Mubarak refuse de quitter le pouvoir et explique qu’il «ne compte pas présenter sa candidature aux prochaines élections», et demande au peuple de choisir entre «le chaos et la stabilité».

2 février 2011 : «L’Attaque des chameaux», les partisans du président envahissent la Place Tahrir armés de matraques et attaquent les protestants.

3 février 2011 : Appels internationaux au calme, et l’administration américaine déclare : «La transition du pouvoir doit commencer maintenant».

4 février 2011 : «Vendredi du départ», des milliers de manifestants proclament le départ du président.

5 février 2011 : Jamal Mubarak, le fils du président démissionne de son poste en tête du comité du parti en pouvoir, après que des informations signalèrent que «le président préparait son fils pour hériter le pouvoir».

6 février 2011 : L’opposition, représentée par des manifestants et des partisans des Frères musulmans, discute avec Omar Sliman et Washington signale que «le retour en arrière était impossible».

7 février 2011 : Les protestations s’élargissent dans toutes les régions égyptiennes

8 février 2011 : Les protestants se réunissent devant le parlement et les locaux gouvernementaux, au Caire.

9 février 2011 : Le Conseil militaire se réunit pour discuter la situation et lance le communiqué n°1.

10 février 2011  : Mubarak refuse de quitter le pouvoir, et charge son adjoint, Omar Sliman, de le substituer, alors que l’opposition menace d’aller au palais présidentiel.

11 février 2011 : Mubarak démissionne et les protestants célèbre son départ.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos