dimanche, janvier 24, 2021

Crimes des milices de Haftar à Oubari : l’armée libyenne s’étonne du silence onusien

L’armée libyenne a fait part, dimanche, de son « étonnement » face au silence affiché par la Mission des Nations unies en Libye, au sujet de la violation par les milices du putschiste Khalifa Haftar du cessez-le-feu dans la ville de Oubari (964 Km au sud de Tripoli).

Le porte-parole de l’armée, le colonel Mohamed Gununu a, dans un communiqué, indiqué que « tuer des enfants et démolir des maisons à Oubari représentent des actes criminels, qui s’ajoutent aux crimes perpétrés par les milices du criminel de guerre Haftar dans les villes de Tripoli et de Tarhouna ».

« Nous notons notre étonnement face au silence de la Mission onusienne au sujet de la violation du cessez-le-feu, dont l’encre n’a pas encore séché, (conclu le 23 octobre dernier) par les milices criminelles de Haftar », a-t-il ajouté.

« Si la surveillance du cessez-le-feu n’intéresse pas la Mission onusienne, le sang des habitants de Oubari ne mérite-t-il pas une documentation du crime pour pourchasser ceux qui les ont commis ainsi que ceux qui en ont ordonné l’exécution », s’est-il interrogé.

« Le prétexte du terrorisme, que brandissent les criminels pour envahir des villes libyennes, a prouvé son inconsistance dans l’agression lancée contre (la capitale) Tripoli (ouest) et les terroristes sont ceux qui assassinent les enfants, qui kidnappent les innocents et qui détruisent les habitations », a-t-il encore dit.

Les milices de Haftar avaient lancé le 4 avril 2019 une attaque contre Tripoli, siège du gouvernement internationalement reconnu, et l’armée libyenne est parvenue à les repousser de la capitale, le 4 juin dernier.

Dans un bref communiqué, rendu public samedi, l’Opération « Volcan de la Colère », relevant de l’armée, a indiqué que les « milices terroristes de Haftar ont envahi la ville de Oubari et démoli plusieurs maisons appartenant à des civils, alors que leurs habitants étaient à l’intérieur. Ils ont ils ont également kidnappé des groupes de jeunes ».

Oubari est la deuxième plus grande ville du Sud du pays après Sebha et la majorité de ses habitants sont des Touaregs.

La ville compte également le champ pétrolier de Cherrara, principal champ du pays est et elle est contrôlée par les milices de Haftar.

Une source locale à Oubari a indiqué, sous le sceau de l’anonymat, que le régiment 116, relevant des milices de Haftar, ont accédé au quartier d’el-Chareb, horrifié les civils en tirant des coups de feu de tout calibre, tout en interpellant un groupe de jeunes sans aucune raison.

Il a ajouté que les milices armées ont quitté Oubari en direction de Sebha et les jeunes interpellés sont des Touarges.

Cette nouvelle violation du cessez-le-feu de la part des milices de Haftar intervient, en dépit des progrès réalisés par les protagonistes libyens, dans des négociations militaires et politiques, dans le but de parvenir à une solution pacifique au conflit sanguinaire qui se poursuit depuis plusieurs années.

Depuis plusieurs années, ce pays riche en pétrole subit un conflit armé les milices de Haftar, appuyées par nombre de pays arabes et occidentaux, disputent au gouvernement libyen légalité et pouvoir, faisant de nombreux morts et blessés parmi les civils en plus d’importants dégâts matériels.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos