samedi, mai 8, 2021

Fuites : «Le gouvernement irakien aurait approuvé l’entrée des drones qui ont tué Soleimani»

Courrier arabe

En Irak, des documents secrets ont affirmé que le gouvernement irakien avait autorisé l’entrée de 3 drones américains dans son espace aérien, la nuit de l’assassinat de l’Iranien Qassem Soleimani, au moment où l’ancien Premier ministre, Adel Abdelmahdi insiste à nier l’affaire.

Le document secret intitulé «frappe aérienne», datant du dernier janvier (03/01/2020) et signé par la direction de la défense aérienne avant d’être envoyé à l’Etat-major de l’armée irakienne, a été publié au lendemain des déclarations médiatiques avancées par l’ancien Premier ministre Haydar al-Abadai.

Al-Abadi a affirmé que «Bagdad avait autorisé l’entrée des drones dans son espace», critiquant les responsables irakiens, et les accusant «de ne pas avoir vérifié la nature des sorties aériennes et des missions prévues, en Irak, par les drones étrangers».

Al-Abadi n’avait pas identifié la partie ayant signé l’autorisation d’entrée des drones américains, mais il avait fait l’occurrence au Premier ministre Adel Abdelmahdi, appelant à l’ouverture d’une enquête à ce sujet.

Abdelmahdi dément l’affaire

Dès la publication des documents, le bureau communicationnel d’Abdelmahdi a publié un communiqué, sur sa page officielle, niant avoir accordé des autorisations aux Américains, pour cibler Soleimani.

Abdelmahdi a expliqué : «Lors de la réunion du conseil de sécurité nationale, que nous avions organisée le 15/8/2019, nous avions décidé de charger, exclusivement, le chef de l’Etat-major des forces armées irakiennes pour signer les autorisations qui seront accordées aux avions irakiens et étrangers», précisant que «la tâche était limitée à une seule institution».

Il ajouta : «Le gouvernement a également reçu des demandes pour autoriser l’entrée de plus de soldats américains envoyés pour protéger les bases et les ambassades américaines. On nous a aussi demandé de les autoriser à pénétrer dans certaines zones interdites aux forces étrangères et de leur fournir les fréquences et les signaux aériens, ce que nous avions refusé».

«Les drones sont entrés sans autorisations»

«Les drones américains sont entrés dans les airs de Bagdad sans l’approbation du gouvernement irakien », avait-il affirmé.

Il précisa : «La lettre envoyée par le chef des forces de la coalition, le major Robert Batwhite à ce sujet, a été reçue le 2/1/2020, seulement quelques heures avant l’assassinat de Soleimani, alors quand, où et par qui les autorisations avaient-elles pu être signées, pour que certains prétendent que le drone qui a ciblé Soleimani avait obtenu une autorisation gouvernementale?!».

Il se demanda: «des confirmations officielles avaient-elles été annoncées par les parties concernées ? Les drones, leurs numéros de série, leur piste, la nature de leur mission avaient-elles été révélée ?», réfutant la thèse avancée par al-Abadi.

Abdelmahdi a souligné que «ce type de sujets étaient sensibles et touchaient aux intérêts du pays », précisant que «personne ne doit les exploiter pour quelconque objectif».

Il demanda aux autorités irakiennes d’enquêter sur l’affaire et d’entreprendre les mesures nécessaires à l’encontre d’al-Abadai.

Il est à noter que ces évolutions se présentent dans un temps où plusieurs parties irakiennes expliquent que «le gouvernement irakien avait autorisé l’entrée des drones américains, pas l’assassinat de Soleimani», signalant que «les Américains avaient violé la souveraineté de leur pays et les lois internationales».

Pour rappel, Qassim Soleimani le général iranien, était commandant de la Force Al-Qods du corps des Gardiens de la révolution islamique. Il fut assassiné le 3 janvier 2020 à Bagdad lors d’un attentat dont les auteurs restent non identifiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos