lundi, mai 10, 2021

Un mouvement de protestation contre le budget ferme des institutions pétrolières en Irak

Des manifestants irakiens ont fermé ce jeudi trois institutions pétrolières dans la province de Dhi Qar (sud), dans un mouvement de protestation contre le fait de ne pas inclure des clauses stipulant la création de nouvelles opportunités d’emploi dans le budget fédéral irakien.

Le Parlement irakien a voté, tard dans la soirée du mercredi, pour approuver le budget général annuel de l’Etat, avec des dépenses totales s’élevant à 129 mille milliards de dinars (soit environ 88 milliards de dollars).

Le budget a été approuvé après l’expiration du premier trimestre de l’exercice en cours et il sera appliqué de manière rétroactive.

Des témoins oculaires ont déclaré au correspondant de l’Agence Anadolu que « des manifestants portant des diplômes spécialisés dans le secteur du pétrole ont bloqué les entrées de la compagnie pétrolière de Dhi Qar, de sa raffinerie de pétrole et de la société de distribution des produits pétroliers, dans une mesure d’escalade ».

Les témoins oculaires ont aussi ajouté : « Les manifestants ont mis le feu à des pneus devant les entrées des trois institutions pétrolières, et ont exigé un amendement pour les inclure dans le budget, en leur offrant des opportunités d’emploi ».

Le budget comprenait l’embauche de 8 641 personnes, uniquement au sein du ministère de l’électricité, avec des contrats de travail temporaire.

La province de Dhi Qar est l’un des foyers des manifestations populaires, car elle abrite plus de deux millions de personnes. Une large partie de sa population proteste contre la mauvaise gestion, les services médiocres et les mauvaises opportunités d’emploi.

Le taux de chômage en Irak, pays riche en pétrole, est de 27 %, quant au taux de pauvreté, il est de 25 %, selon les dernières statistiques du ministère du Plan.

L’Irak est le théâtre de manifestations persistantes depuis octobre 2019, en raison des mauvaises conditions économiques et de la corruption financière et politique chronique.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos