samedi, juin 12, 2021

« La cargaison de grenadines avec des quantités de stupéfiant, saisie en Arabie saoudite est syrienne », affirment les agriculteurs libanais

Courrier arabe

Le syndicat des exportateurs et des importateurs des fruits et légumes au Liban a signalé que «la cargaison de grenadines saisie en Arabie saoudite avec des quantités de stupéfiants, n’était pas libanaise mais syrienne», demandant aux autorités libanaises de résoudre l’affaire «pour sauver l’économie du pays».

La Radio locale libanaise, Sawt kel Lebnan (La voix de Liban), a rapporté selon le président du syndicat des exportateurs et des importateurs des fruits et légumes, Naim Khalil, que «ce n’était pas la saison des grenadines au Liban».

Il affirma : «La cargaison saisie en Arabie saoudite n’était pas libanaise mais syrienne. Elle est passé par le Liban en transit, pour aller au royaume saoudien».

Il demanda aux autorités libanaises d’agir et de régler l’affaire avec leurs homologues saoudiens, espérant que «l’import export entre le deux pays soit lancé à nouveau, avant l’été».

L’économie du Liban en péril

De sa part, l’agence de presse britannique Reuters a rapporté selon un haut responsable au ministère libanais de l’Agriculture «Aucun document prouve que la cargaison de grenadines est d’origine libanaise».

Reuters indiqua également, selon Abbas Mourtadha, le ministre libanais de l’Agriculture que «la suspension saoudienne était une lourde perte pour le Liban», signalant que «le taux des exportations était de 24 millions de dollars par an».

«La situation est grave, surtout si les autres pays du Golfe décident de prendre l’exemple des Saoudiens », avait-il dit, en appelant les Libanais à agir rapidement pour apporter des solutions.

Une sanction sévère  

L’agence de presse saoudienne avait rapporté selon le procureur du comité général de la douane pour les affaires sécuritaires, Mohamed ben Ali al-Naim, que «la douane saoudienne, au port de Djeddah, avait déjoué une opération de trafic de drogue où 5,3 millions comprimés de Captagon furent saisis dans une cargaison de grenadines offerte par le Liban».

L’importante saisie a poussé Riyad à suspendre l’exportation des fruits et légumes libanais, jusqu’à ce que Beyrouth offre des garanties de sécurité.

Et alors que les autorités libanaises tentent de travailler au plus vite pour régler la situation, des observateurs expliquent que «le marché du Golfe est l’une des rares portes qui permettent encore à l’économie libanaise de respirer, à l’ombre de la crise qu’elle traverse».

Sachant que le Captagon est une drogue populaire dans nombreux pays arabes. Il est produit essentiellement au Liban et en Syrie et se fait livré au pays voisins.

Il importe aussi de signaler que Liban souffre d’une crise économique sans antécédent, après que sa monnaie locale a perdu 90% de sa valeur et que le taux de pauvreté s’est élevé pour toucher 50% de la population.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos