vendredi, décembre 4, 2020

La grève générale au Soudan: un pays paralysé et les militaires tentent de la briser

Courrier arabe

Les professionnels soudanais ont commencé aujourd’hui la grève, qui durera deux jours, dans le but de mettre des pressions aux militaires pour lancer la transition du pouvoir aux civils. La grève a été marquée dans plusieurs secteurs notamment ceux de l’aviation, de la communication et du transport.

Tous les professionnels y ont participé ; des commerçants, des pharmaciens et des enseignants, la grève s’est également étendue au secteur bancaire pour atteindre la Banque centrale soudanaise et la société des services bancaires électroniques, des témoins ont rapporté que les employés avaient également organisé des manifestations devants leurs lieux de travail proclamant un pouvoir civil.

Les militaires n’ont pas croisé les bras

Plusieurs tentation de briser la grève ont été signalé par des témoins, notant l’intervention violente et agressive des forces de l’ordre et des militaires.

Ils ont raconté que des forces de l’ordre sont entrées en conflit avec les employés des bureaux de la société électrique et ceux de la Banque centrale et ont même interpellé quelques-uns pour les relâcher plus tard, signalant aussi que des militaires avaient encerclé l’immeuble de la Banque centrale à Khartoum, une tentation d’obliger les employés à reprendre le travail.

Les témoins ajoutèrent que l’Assemblée des professionnels soudanais (APS) avait demandé aux employés de vider les bureaux pour leur sécurité et de maintenir la grève en se mobilisant devant les administrations.

Par ailleurs, l’aéroport de Khartoum a été particulièrement affecté par la grève, où les pilotes soudanais s’étaient mobilisés, dès les premières heures de la journée, ce qui poussa les forces militaires à intervenir pour tenter de le rendre opérationnel.

Ils avaient empêché les journalistes et les correspondants des chaînes télévisées de couvrir l’évènement, où selon des témoins «les interventions été musclées».

Des milliers de manifestants contestent depuis le mois d’avril devant le quartier général de l’armée à Khartoum proclamant un pouvoir civil en tête du pays, la grève pour eux est un ultimatum après l’impasse des négociations, que les militaires tenaient avec les Forces de la Liberté et du Changement au sujet de la composition du Conseil souverain et de sa présidence.

De peur que les militaires trahissent la révolution, les Soudanais savent que le temps ne joue pas en leur faveur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Arabie saoudite : Salmane al-Odah rongé par l’obscurité des prisons de ben Salmane

L’opposant saoudien, Abdullah al-Odah, a déclaré, jeudi, que son père, le prédicateur Salmane al-Odah, détenu depuis plus de 3 ans dans les prisons saoudiennes...

Koweït : « Discussions fructueuses » sur la réconciliation au Golfe

Le Koweït a annoncé, vendredi, avoir tenu, dernièrement, des discussions fructueuses dans le cadre des efforts relatifs à la réconciliation dans le Golfe et...

Sarkozy – Kadhafi : l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine arrêté à Beyrouth

L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine a été arrêté à Beyrouth en vertu d’une fiche émise par Interpol dans le cadre de l’affaire du financement...

Libye: Williams et Aguila Salah appellent à un consensus rapide au sein de la...

L'émissaire des Nations unies par intérim pour la Libye, Stéphanie Williams, et le président du Parlement de Tobrouk, Aguila Salah, ont souligné, mercredi, « la...

Pour la treizième année consécutive, Israël à la tête de la course aux armements

Israël continue de maintenir sa position à la tête de la course aux armements pour la treizième année consécutive. C'est ce qui ressort du rapport du Global Militarisation...