mercredi, juin 16, 2021

La police israélienne interdit à un 2e député extrémiste de faire incursion à la mosquée Al-Aqsa

La police israélienne a empêché, mardi, un membre d’extrême droite de la Knesset israélienne, Itamar Ben Gvir, de faire incursion dans la mosquée Al-Aqsa.

C’est le deuxième membre extrémiste de la Knesset à être empêché de s’attaquer à la mosquée dans la même journée.

Peu de temps après l’annonce, sur la toile, de son intention de prendre d’assaut Al Aqsa, Ben Gvir est arrivé à la porte des Maghrébins, située dans le mur ouest de l’esplanade de la mosquée. Il a tenté d’entrer par effraction, mais la police israélienne l’a arrêté.

Sur sa page Facebook, le député d’extrême droite a publié des photos de sa altercation avec le policier, qui lui a demandé de coordonner d’abord avec la sécurité de la Knesset, avant de faire incursion dans le lieu de culte musulman.

Ben Gvir a protesté contre cette interdiction indiquant « qu’il était membre de la Knesset et que la police n’avait pas le droit de déjouer son plan ».

« Malheureusement, la police israélienne s’est rendue au Hamas », a-t-il lancé avant de quitter les lieux.

Les membres israéliens de la Knesset sont tenus à coordonner à l’avance avec la sécurité du parlement avant de procéder à des incursions.

Ben Gvir, figure de proue du parti «Sionisme religieux» (extrême droite), avait justifié sa décision par l’interdiction de la police israélienne, au député Amichai Shikli, du parti de droite « Yamina », de faire incursion dans la mosquée, dans la matinée de ce mardi.

« C’est un incident horrible, une violation du droit à l’immunité, c’est une violation flagrante de la loi par la police. Cette dernière n’a aucune autorité pour faire une telle chose », a-t-il écrit sur Twitter.

Il a ajouté qu’après que la police avait empêché le député Chikli de faire incursion dans la mosquée, il envisageait lui-même de le faire cet après-midi.

Ben Gvir, connu pour ses positions extrémistes, avait affirmé qu’il n’y a aucune loi qui l’obligeait à coordonner avec les autorités avant de procéder à une telle action.

La chaîne d’information israélienne « 20 » a affirmé, citant la police, que le membre de la Knesset, Chikli, n’était pas autorisé à faire incursion dans la mosquée, parce qu’il « n’avait pas coordonné avec l’officier de la Knesset à l’avance ».

« C’est une insulte cruelle à la souveraineté et à la démocratie en Israël. Un autre chapitre embarrassant peut être écrit, sur la position des chefs de police envers les membres de la Knesset, qui voulaient faire incursion dans la mosquée », a lancé Chikli sur son compte Twitter.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos