mercredi, janvier 20, 2021

«La prostitution s’intègre dans la collaboration conclue entre Israël et les Émirats arabes unis», dénonce un journal hébreu

Courrier arabe

Le journal israélien Haaretz a indiqué que «la prostitution était l’un des récents domaines de collaboration signés entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU), dans le cadre de la normalisation des relations des deux pays», dénonçant le projet et indignant sa pratique.

Le journal souligna, lors d’un article rédigé par Amalia Rosenblum que «la prostitution était un des principaux projets conclus entre les deux pays», affirmant «qu’il était dernièrement entré en application».

«Dans le cadre de l’accord conclu, Israël s’engage à fournir les clients de prostitution, alors que Dubaï se charge d’assurer les services du domaine», avait indiqué Rosenblum, qui nota que «par ses actes, Dubaï était officiellement devenue le Las Vegas du Moyen-Orient».

Elle ajouta : «Toute personne refusant de contribuer à la production de l’exploitation, doit savoir que voyager à Dubaï, et travailler là-bas, est comme le fait de rester de côté et regarder un viol collectif», indignant la pratique et dénonçant son application.

«Une exploitation forcée des êtres humains»

«Sous la couverture brillante, du «comité d’Aden au désert», un dispositif barbare et meurtrier a été mis en place aux EAU pour attirer, recruter, kidnapper et escroquer des êtres humains, majoritairement des femmes», avait-elle ajouté, en soulignant que le domaine exploitait des gens contre leur volonté.

«Au moment où les immigrés entrent pour chercher une opportunité de travail aux EAU, ils se font enlevés et transformés en esclaves», avait-elle indiqué.

Elle précise : «Leurs passeports sont confisqués et les employés changent les contrats unilatéralement. Les travailleurs sont exploités physiquement et sexuellement, et ne perçoivent jamais le prix promis en échange de leur exploitation», en soulignant que «plusieurs femmes avaient été enlevées pour être exploitées dans la production sexuelle».

«La menace, soit par la force ou pas des actes, et aussi d’autres types d’obligation, sont pratiquées dans le but d’exploiter l’individu dans la prostitution, des abus sexuelles et des travaux forcés, en le réduisant à l’esclavage», avait-elle ajouté, en indiquant que «plus de 8 millions de travailleurs étrangèrs se trouvaient aux EAU, et traversaient tous les mêmes conditions».

Vers la fin de son article, Amalia Rosenblum signala que «les autorités des EAU tentent de calmer l’occident, en expulsant de temps à autre, un des proxénètes interpellés», affirmant «qu’en réalité, les bourreaux du domaine agissent sous l’égide des pays du Golfe, qui se présentent comme étant un paradis de consommation, où même les êtres humains sont consommés».

Elle a également tenu à rappeler qu’une enquête médiatique menée l’année dernière, et diffusée par la télévision grecque, avait levé le voile sur des violences et des crimes commis aux EAU, avec le consentement des autorités, soulignant «qu’il avait affirmé qu’à Dubaï seulement, près de 45 mille femmes et garçons étaient emprisonnés par des réseaux de prostitution, qui les obligent à fournir des services aux visiteurs venus du monde entier pour visiter le Las Vegas du Moyen-Orient».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos