mercredi, novembre 25, 2020

Le massacre des Rohingyas dans l’Etat d’Arakan se poursuit, selon les Nations Unies

Les Nations Unies ont indiqué, mercredi, que le massacre et les exactions contre les civils se poursuivent dans les provinces de Rakhine et de Chin dans l’ouest du Myanmar à cause du conflit qui se poursuit entre l’armée gouvernementale et « l’armée du salut des Rohingyas de l’Arakan ».

C’est ce qui ressort d’un communiqué remis aux journalistes par le Bureau du porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric, au siège des Nations Unies à New York.

« Le conflit entre les forces armées du Myanmar et l’armée (du salut des Rohingyas) de l’Arakan dans la province de Rakhine et le sud de la province de Chin, cause la mort et la mutilation des civils et la destruction de l’infrastructure ainsi que l’obligation faite aux gens de quitter leurs domiciles », poursuit le communiqué.

Dans le même communiqué, la coordinatrice des Affaires humanitaires des Nations Unies, Ola Moghrin, a fait part de sa profonde inquiétude face à l’impact humanitaire continu des affrontements qui se sont produits dans une localité de la province, le 3 septembre courant.

Elle a ajouté que ces affrontements ont faits des morts et des blessés dans les rangs des civils (dont le nombre n’a pas été précisé) en plus de provoquer des incendies dans près de 100 maisons, tout en contraignant des milliers de personnes à fuir leurs zones ».

La responsable onusienne a affirmé que le « droit international humanitaire exige de l’ensemble des parties au conflit de respecter les civils et d’éviter de les cibler lors des opérations militaires », appelant à stopper le recours à des armes explosives dans les zones résidentielles.

Le 24 août dernier, les Nations Unies ont relevé que plus de 30 civils, dont des enfants, ont été tués dans le conflit qui se poursuit et qui opposé l’armée birmane à « l’armée du salut des Rohingyas de l’Arakan ».

Créée en 2012, en réaction à la répression lancée par des Bouddhistes avec l’appui de l’armée du Myanmar contre les Musulmans Rohingyas, « l’Armée du Salut des Rohingyas de l’Arakan » dit qu’elle défend les droits des Rohingyas dans la région, tandis que les autorités les qualifient d’organisation terroriste.

Selon l’ONU, près de 688 mille Musulmans établis dans les camps de l’Arakan ont fui le Myanmar, après avoir été privés du droit à la citoyenneté, en vertu d’une loi adoptée par le Myanmar en 1982. Les autorités les considèrent comme des immigrants clandestins en provenance du Bangladesh, tandis que les Nations Unies les classent comme étant la « minorité religieuse la plus persécutée dans le monde ».

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Netanyahu visite les Emirats arabes unis et le Bahreïn en début de semaine prochaine

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu effectuera la semaine prochaine une « visite historique » aux Émirats arabes unis et au Bahreïn, a rapporté...

Un reportage d’al-Jazeera pousse la justice française à intervenir sur des pratiques racistes de...

L’investigation Hate Generation (génération de la haine), diffusée par la chaîne informationnelle al-Jazeera, qui avait levé le voile sur les activités racistes de l’extrême...

Égypte : Des activistes interpellés pour avoir reçu des diplomates occidentaux

Des appels internationaux ont dénoncé «la campagne féroce d’interpellations» menée en Égypte, après que l’Organisation de l’initiative égyptienne pour les droits personnels ait annoncé...

Arabie saoudite: Les Palestiniens regrettent et demandent des explications sur la visite de Netanyahou

Le Premier ministre palestinien Mohamed Ishtiyah a exprimé son regret, suite aux informations qui signalèrent qu’un pays arabe menait des négociations pour ouvrir des...

La Coalition arabe annonce « la destruction de 5 mines sous-marines plantées par les Houthis »...

La Coalition arabe a annoncé ce mardi la destruction de 5 mines sous-marines posées par les Houthis au large des côtes du Yémen en mer Rouge. La Coalition a déclaré...