jeudi, février 25, 2021

Libye: Les coulisses de sélection de l’autorité exécutive, racontées par un participant  

Courrier arabe

Un des membres de la Commission du dialogue politique libyen a parlé des coulisses des sessions finales organisées pour le vote des mécanismes de la sélection des candidatures pour la nouvelle autorité exécutive en Libye.

Abderrazak al-Aradi a noté, lors de déclarations présentées au journal électronique « Arabi 21 », que «71 membres ont participé au vote, alors que 21 se sont abstenus».

Il indiqua que «les membres avaient choisi entre deux propositions qui permettront à la future autorité exécutive du pays de prendre forme».

«Le premier choix propose l’adhésion des deux-tiers des membres de la Commission du dialogue, en leur ajoutant 50% + 1  de chacune des trois régions libyennes, alors que le deuxième suggérait l’adhésion de 61% de la totalité des membres de la Commission, en leur ajoutant 50% + 1 de chaque région libyenne», avait-il expliqué.

Il a signalé que «la proposition, qui obtiendra les deux-tiers des voix, sera adoptée», affirmant que «plusieurs pistes dessinant la phase à venir avaient été tracées, lors de la session».

«Les membres ont décidé de former un comité consultatif pour résoudre le blocage lié au choix du mécanisme selon lequel la nouvelle autorité exécutive sera choisie», avait-il ajouté.

Il continue : «Ils ont aussi décidé de former un comité juridique, le chargeant d’aider à parvenir à une résolution sur la question de la Constitution».

Il affirma toutefois que «la session s’est focalisée sur les mécanismes de l’autorité exécutive et non pas sur les noms des personnalités évoqués comme futurs candidats au différents postes souverains».

Il insista à souligner : «La phase initiale débutera, le 21 décembre 2020, ce qui signifie que le conseil des représentants et le Haut conseil d’Etat, auront 60 jours pour se mettre d’accord sur les personnes qui occuperont les postes souverains, selon l’article 15 de l’accord politique signé entre les parties libyennes», indiquant que «s’ils échouent, la tâche sera des responsabilités du forum du dialogue politique».

«Aussi, les institutions concernées par l’opération constitutionnelle, auront 60 jours à partir de cette date pour arranger leurs affaire, sinon le forum du dialogue politique interviendra», précisant que «les élections étaient délimitées au 24 décembre 2021», avait-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos