samedi, novembre 28, 2020

Les Houthis affirme leur contrôle des sites en Arabie Saoudite

Courrier arabe

Le groupe al-Houthi a déclaré dimanche qu’il avait pris le contrôle de sites à l’intérieur du territoire saoudien et avait repoussé des opérations visant à restaurer les sites.

L’agence de presse Houthi a déclaré que l’armée et les comités populaires avaient repoussé plusieurs opérations visant à explorer des sites de Gazanungeran et d’Asir dans le but de les restaurer.

L’agence a cité une source militaire qui aurait contrôlé un certain nombre de sites entre l’est et l’ouest du Rakhah à Najran au cours d’une offensive ayant entraîné la mort et des blessures dans les rangs de l’armée saoudienne.

Un peu plus tôt, les hommes armés Houthis ont diffusé des enregistrements vidéo montrant le bombardement de véhicules saoudiens, alors que les combats se sont intensifiés entre les deux parties après une période de calme.

Les forces saoudiennes ont reconnu samedi la mort de neuf de leurs soldats lors de batailles avec les Houthis dans les zones frontalières.

Les Houthis ont également endommagé un bulldozer de l’armée saoudienne au large de Sudais et détruit un véhicule chargé de soldats dans le désert d’Ajashar au large de Najran.

La frontière sud de l’Arabie saoudite a été le théâtre de plusieurs affrontements lors de la guerre au Yémen, mais son intensité s’est accrue ces derniers jours, faisant des morts des deux côtés.

Les Houthis ont déclaré que leurs dernières attaques faisaient suite à l’escalade menée par « les pays d’agression » – comme ils le décrivent – sur tous les fronts.

Un membre du bureau politique du groupe houthi, Ali al-Qahoum, a déclaré que l’escalade des deux côtés à la frontière imposerait une nouvelle équation à la guerre qui dure depuis 2015.

Selon des observateurs yéménites, les Houthis pourraient rechercher de nouvelles cibles pour les aider lors des pourparlers parrainés par l’ONU.

L’alliance saoudienne-saharienne agit sur plusieurs fronts, allégeant peut-être la pression de l’Arabie saoudite à la frontière sud et évitant le danger des missiles houthis.

Les Houthis annoncent parfois le bombardement de positions militaires à la frontière avec des missiles et le ciblage de véhicules et de matériel militaire.

Aziz Rashed, porte-parole adjoint des forces al-Houthi de l’île, a déclaré que ce qu’il a décrit comme les forces d’agression avait intensifié ses opérations sur tous les fronts au cours de la période écoulée, et que la confrontation de la frontière était une réponse à l’escalade.

Il est à noter que les forces saoudiennes ont perdu 1500 soldats depuis le début de ses combats contre les Houthis en 2015, selon des statistiques officielles, et que des milliers de Houthis ont été tués et blessés au cours de ces batailles ces dernières années.

Dans un contexte connexe, des sources militaires ont déclaré que l’armée nationale yéménite avait pris le contrôle de la « zone » et des collines environnantes dans la direction de « Alsha » dans la province méridionale de Dalea, après s’être battus avec les Houthis samedi soir.

La direction d’Al-Hasha a été témoin d’affrontements et de heurts il y a plusieurs jours après que le groupe Al-Houthi ait fait exploser la maison de cheikh Abdul Jalil Al-Huthaifi et l’avait accusé d’avoir violé les accords conclus par le groupe avec les membres des tribus du Directoire.

Sur le plan politique, l’envoyé des Nations Unies au Yémen, Martin Griffith, est arrivé à Sanaa pour discuter de plusieurs dossiers et suivre la mise en œuvre de l’accord de Stockholm entre le gouvernement yéménite et les Houthis.

Dans le même contexte, la Commission mixte pour le redéploiement à Hodeida a tenu ses réunions pour la deuxième journée consécutive sous la présidence du chef de la Mission des Nations Unies, Michael Lawlessard, en vue de l’application de l’Accord de Stockholm.

Les réunions, qui se sont déroulées dans la ville de Hodeidah, ont permis d’examiner des propositions visant à ouvrir des corridors humanitaires pour le passage de l’aide sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies et à instaurer un cessez-le-feu entre les deux parties, auxquelles participeront des représentants du gouvernement et des Houthistes.

Depuis 2014, le Yémen est en crise humanitaire à cause de la guerre civile opposant le gouvernement issu de la révolution de 2012 aux rebelles Houthis. Le conflit s’est internationalisé en mars 2015 avec l’intervention de la coalition arabe ( dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis) en soutien au gouvernement en place. La situation humanitaire y est qualifiée par l’Onu de «pire crise humanitaire du monde».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Une chaîne émiratie coupable d’atteinte à la vie privée, pour avoir diffusé les aveux...

L’Office of communication (Ofcom), au Royaume-Uni, a jugé, lundi, que «la chaîne émiratie, «Abu Dhabi TV», était coupable de violations à la vie privée,...

L’ambassadeur du sultanat d’Oman à Paris : «La crise du Golfe prendra bientôt sa fin»...

L’ambassadeur du sultanat d'Oman à Paris, Gazi al-Rawas, a déclaré, mercredi, que son pays se battait pour conserver l’union du Conseil Coopératif du Golfe...

Allemagne : 3 organisations de la société civile intentent un procès contre le régime...

Des organisations de la société civile ont intenté un procès en Allemagne contre le régime d’al-Assad, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques lors de...

Égypte : l’ONU condamne des « arrestations punitives » contre des défenseurs des droits de l’homme

Des experts des Nations unies en matière de droits de l'homme ont condamné, vendredi, ce qu'ils considèrent comme des "arrestations punitives" contre des défenseurs...

Députée libyenne : une session officielle du Parlement libyen prévue pour le 7 décembre...

Une députée libyenne a révélé, samedi, que les députés de la Chambre des représentants ont convenu de tenir une session officielle du Conseil le...