mardi, novembre 30, 2021

Liban: la livre à son plus bas niveau depuis la formation du nouveau gouvernement

Le taux de change de la livre libanaise, par rapport au dollar américain, a fortement augmenté mercredi, à près de 24 000 livres pour un dollar dans les transactions sur le marché noir. Il s’agit d’une hausse sans précédent depuis la formation du gouvernement.

Sur le marché noir, le dollar a franchi ce mercredi la barre de 24 000 livres libanaises à l’achat, alors qu’il enregistrait 24 050 livres à la vente, craignant une poursuite de la dépréciation de la livre.

Dans ce contexte, le président libanais Michel Aoun a présidé aujourd’hui une réunion au palais présidentiel à l’est de Beyrouth, en présence du ministre des Finances Youssef Khalil et du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salameh.

Selon un communiqué de la Présidence libanaise, la rencontre a été consacrée à la présentation de la situation financière du pays, et des difficultés rencontrées par l’institution « Alvarez et Marcel » dans le processus d’audit judiciaire dans la gouvernance de la Banque du Liban.

La crise financière du Liban, décrite par la Banque mondiale comme l’une des pires récessions de l’histoire moderne, a été exacerbée par l’impasse politique et le désaccord sur l’enquête en cours sur l’explosion du port de l’année dernière qui a fait plus de 200 morts.

La livre libanaise a perdu plus de 90 % de sa valeur et la crise a plongé les trois quarts de la population dans la pauvreté ; en raison du manque de produits de base tels que le carburant et les médicaments.

En revanche, le syndicat des agents de change libanais a confirmé la tarification du taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise, avec une marge mobile entre le prix de 3 850 livres à l’achat et 3 900 livres à la vente, au maximum.

Le taux de change du dollar à la Banque centrale du Liban est resté à 1 510 livres pour un dollar, et il n’est affecté qu’à certains produits de base.

Les prix des denrées alimentaires au cours des deux années de crise ont augmenté de plus de 600%, selon les Nations Unies.

À la suite de l’épuisement des réserves en dollars de la banque centrale, les autorités ont commencé, il y a des mois, à lever progressivement les subventions sur les principaux produits de base, notamment le carburant et les médicaments, ce qui a entraîné une augmentation significative de leurs prix.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos