mardi, mai 24, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Liban : Les réseaux sociaux couvrent les manifestations et démontrent les violations

Courrier arabe

Pour le troisième jour consécutif, les vidéos et les photos, des protestations populaires libanaises, font la une des réseaux sociaux, démontrant les violations commises par les forces gouvernementales, et dénonçant la situation qui se dégrade au pays, après que la couverture médiatique des évènements a été suspendue par l’état.

Ce matin, la majorité des tweets e des photos publiés archivaient la dispersion violente menée contre la population révoltée, par les forces de l’ordre et les forces de l’armée libanaise, dans plusieurs régions au centre de la capitale Beyrouth.

La guerre médiatique se lance  

Et alors que la majorité des chaînes locales s’étaient acharnées contre les manifestants, adoptant les versions présentées par les forces de l’ordre, à l’image de «LBCI», «MTV», et «OTV», seule la chaîne «al-Jadeed» avait diffusé la vérité et transmis, à travers ses nombreux correspondants sur place, les violations commises contre les manifestants, et signalé les infractions des forces de l’ordre.

Les tweets ont été publiés sur des hashtags tel «#لبنان_ينتفض» (le Liban se révolte),  «#كلن_يعني_كلن» (tous c’est-à-dire tous), ou «#لبنان» (le Liban), à travers lesquels les manifestants avaient affirmaient rester dans les rues, malgré le délai de 72 heures demandé par le premier-ministre.

Rappelons que la dégradation de la situation économique du pays, et des taxes abusives imposées par le gouvernement, au milieu de la chute de la monnaie locale, ont poussé les Libanais à descendre dans les rues, proclamant la destitution du gouvernement de Hariri, et l’amélioration des conditions de vie au pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos