samedi, juin 12, 2021

Libye: Une source raconte les détails de l’assassinat d’al-Warfali

Courrier arabe

Depuis la Libye, des sources privées ont parlé de la mort de Mahmoud al-Warfali, le chef des forces spéciales des milices de Khalifa Haftar, affirmant qu' »al-Warfali savait que sa liquidation était complotée ».

Selon la chaîne libyenne « February TV », «la voiture d’al-Warfali fut attaquée par des inconnus qui l’ont criblée de balles, près de la faculté de médecine, al-Arab, à Benghazi».

Et alors que la chaîne avait également indiqué que «le frère d’al-Warfali avait aussi été blessé, et fut transféré vers les soins intensifs», une source privée a raconté à Arabic Post que «le frère d’al-Warfali n’était pas avec lui lors de l’attaque».

Elle affirma que «Mahmoud al-Warfali était en compagnie du sergent Ayman al-Daiki al-Warfali» et signala que «ce dernier était aussi mort, ayant succombé à ses blessures».

La tribu d’al-Warfali cherche vengeance

La source signala : «Aucune partie n’a revendiqué l’attaque», indiquant que «la tribu de Warfala et les tribus des régions de Majouri et Bouhdima, ainsi que des membres des forces spéciales (Saika) se préparaient à venger la mort de Mahmoud al-Warfali».

«Des rassemblements furent organisés, mais rien n’est précis sur ce qu’ils comptent faire», avait-elle dit.

«Al-Warfali savait qu’on voulait sa peau»

Les sources ont précisé que «ses mouvements furent rapidement entrepris car al-Warfali avait reçu des informations, venant de parties inconnues, lui affirmant que la « Direction générale » (direction centrale des milices de Haftar) avait l’intention de le livrer à la CPI et qu’elle complotait sa liquidation».

Elle ajouta : «Al-Warfali a formé une force militaire à l’intérieur de Benghazi, composée de militaires et de civils de Benghazi et de Tarhounah. Il les a placés à l’intérieur du camp des forces spéciales, dans la région Bouatni, à l’est de Benghazi, et dans un local à Tika à l’ouest de la ville».

«Al-Warfali ne se pliait pas aux ordres militaires de la « Direction générale », ce qui pouvait lui coûtait une convocation de la cour martiale», avait-elle noté, en expliquant qu’al-Warfali était devenu source d’embarras pour Haftar.

Ainsi, il importe de signaler que le mois dernier, HRW (Human Rights Watch) avait critiqué le fait que Mahmoud al-Warfali soit toujours en liberté, se disant «étonné à le voir promu colonel des milices de Haftar».

Les autorités locales ont signalé avoir lancé une enquête approfondie, affirmant que les évolutions seront communiquées au temps convenu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos