mercredi, juin 16, 2021

On coordonne avec les autorités à Benghazi et non pas avec Khalifa Haftar, révèle le chef du gouvernement libyen

Courrier arabe

Le chef de l’autorité exécutive libyenne, Abdelhamid Dbeibah, a parlé à al-Jazeera des divers dossiers traités par son gouvernement, de sa relation avec le général à la retraite Khalifa Haftar, du renvoi des mercenaires et de l’organisation des élections.

Invité par l’émission Bila Houdoud (Sans frontières), dont l’épisode sera diffusé ce soir à 20h05, Dbeibah signala que «son gouvernement avait discuté avec plusieurs pays et que des signaux positifs étaient à l’horizon au sujet du retrait des mercenaires de Libye».

Selon la promotion diffusée par la chaîne, il indiqua également que «son autorité avait unifié 80% des institutions gouvernementales, sauf l’institution militaire », précisant que «la question de cette dernière progressera avec la collaboration du comité militaire mixte des 5+5».

Dbeibah a précisé que «son gouvernement ne coordonnait pas avec Khalifa Haftar, et à Benghazi, mais travaillait avec le maire de la ville et les dispositifs de la police».

Il souligna : «Des affaires logistiques avaient empêché l’organisation de la réunion à Benghazi», promettant qu’«une réunion proche était prévue dans la ville».

Il affirma aussi que «son gouvernement cherchait à installer la réconciliation nationale et qu’il espérait organiser les élections dans les délais».

«Nous voulons une constitution et des élections et nous voulons mettre fin à la phase transitionnelle», avait-il déclaré.

Il parla notamment des frontières maritimes de son pays, expliquant : «Nous avons des différends avec la Grèce, pour évaluer l’accord maritime libyo-turc», affirmant que «l’accord conclu avec Ankara était dans l’intérêt des Libyens et que son gouvernement ne lâchera pas cette occasion».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos