24.8 C
New York
dimanche, juillet 21, 2024

Buy now

spot_img

Passé colonial français en Algérie : Macron refuse de « demander pardon »

Le Président français, Emmanuel Macron a affirmé qu’il « ne demandera pas pardon à l’Algérie » pour le passé colonial de son pays. S’exprimant dans une longue interview accordée, mercredi, au magazine français Le Point, Emmanuel Macron a rejeté catégoriquement cette demande, maintes fois exprimée par des responsables algériens.

« Je n’ai pas à demander pardon, ce n’est pas le sujet, le mot romprait tous les liens. Je ne demande pas pardon à l’Algérie et j’explique pourquoi », a-t-il affirmé, précisant que  » le seul pardon collectif qu’il a demandé, c’est aux harkis » .

« Parce qu’une parole avait été donnée par la République qu’elle avait trahie plusieurs fois. Celle de les protéger (les Harkis, NDLR), de les accueillir. Là, oui. J’ai demandé pardon, aussi, à la famille de Maurice Audin et aux petits-enfants d’Ali Boumendjel car, à travers ces destins singuliers, une responsabilité, de certains gouvernements, d’un système et, à travers eux, de la France, était manifeste. Une faute chaque fois spécifique et indiscutable », a-t-il souligné.

Pour le reste, a-t-il estimé, « c’est un chemin qui laisse à voir une réalité, celle qui veut que l’identité soit une narration, un récit qui continue ». « Aujourd’hui, ces récits se regardent encore en miroir, malheureusement », a-t-il ajouté. Le Président français a qualifié de « danger ces moments où soit on cède à ces demandes, soit on se cabre en répétant : Je n’ai rien à dire, rien à faire. Et c’est le on n’a rien à faire ensemble qui est le pire alors dans cette histoire commune ».

Il a salué, dans ce sens, l’entente avec le Président algérien Abdelmadjid Tebboune sur l’engagement d’une discussion sur le sujet. « Aujourd’hui, ces moments de tension bilatéraux nous prennent beaucoup de temps, et ce n’est pas si grave. Il y a là le début d’une discussion. C’est une conversation qui doit se poursuivre. C’est ce qui m’intéresse le plus. Je n’ai pas à demander pardon, ce n’est pas le sujet », a-t-il enchaîné. Selon lui, « le pire serait de conclure : On s’excuse et chacun reprend son chemin ».

« Solde de tout compte »

Poursuivant son raisonnement, Emmanuel Macron dira qu’il ne faut pas aller vers « le solde de tout compte ». « Là, la fausse réponse est aussi violente que le déni. Parce que, dans ce cas, ce n’est pas la vraie reconnaissance. C’est le solde de tout compte. Le travail de mémoire et d’histoire n’est pas un solde de tout compte. C’est, bien au contraire, soutenir que dedans il y a de l’inqualifiable, de l’incompris, de l’indécidable peut-être, de l’impardonnable », a-t-il soutenu.

S’exprimant sur la réaction algérienne suite à ses propos tenus en novembre 2021 sur l’histoire de l’Algérie et son régime, Emmanuel Macron s’est dit « surpris ».

« Oui ! Je ne pensais pas que cela allait prendre cette importance. Mais c’est intéressant parce que ces moments de tension nous apprennent », a-t-il indiqué. Pour lui, « c’est impossible de réussir si on n’apprend pas de ces tensions ». « Il faut du coup savoir se retendre la main et s’engager, ce que nous avons su faire avec le président Tebboune », a-t-il ajouté.

Toujours sur le même sujet, il est revenu sur l’insistance, du côté algérien, sur la demande d’excuses. « Du côté algérien, la demande d’excuses sert à valider un récit national uniforme, sans travail sur soi : on pense que, si la France s’excuse, cela valide le récit national algérien dans sa totalité artificielle. Cela nous dispensera de la reconnaissance de l’Histoire dans sa complexité, ses milliers de morts entre Algériens durant cette période. La demande d’excuses à la France sert parfois à se dérober à la vérité et arbitre faussement l’Histoire », a-t-il jugé.

Pas de réaction algérienne

La nouvelle sortie de Macron n’a pas encore suscité des réactions du côté algérien. Mais dans une récente interview avec des journalistes algériens, le Président Abdelmadjid Tebboune a insisté sur la reconnaissance, par la France officielle, des crimes coloniaux commis en Algérie depuis le début de la colonisation du pays en 1830. Le chef de l’Etat algérien a évacué la « demande de repentance » qui a une « connotation religieuse ».

« Nous attendons la reconnaissance totale de tous les crimes commis par la France coloniale », avait-il précisé. Il avait cité, au passage, les étapes douloureuses de la colonisation qui « a débuté avec l’extermination, pendant 40 ans, de tribus entières, des villages entiers décimés et les enfumades. Ensuite, il y a eu la période de la spoliation, quand les terres étaient confisquées aux Algériens pour être distribuées à des Européens ».

Il avait, également, cité « l’horreur du 8 mai 1945 avec 45 000 morts et enfin la guerre de libération, quand les Algériens ont pris les armes pour libérer leur pays ». « Reconnaître ces faits est important », avait insisté Tebboune.

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Affaire de l’activiste algérienne: la France estime « avoir protégé une ressortissante française »

La France a réagi officiellement, ce jeudi, à l'affaire de l'exfiltration de la gynécologue et activiste algérienne, Amira Bouraoui, qui a suscité la colère...

L’Algérie rappelle son ambassadeur à Paris pour « consultations »

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune a rappelé, ce mercredi, l'ambassadeur d'Algérie à Paris (France), Saïd Moussi, "pour consultations", a indiqué la présidence algérienne, dans...

Algérie : Tebboune effectuera sa première visite en France au mois de mai

La présidence algérienne a annoncé, dimanche, une visite prochaine en France du président du pays, Abdelmadjid Tebboune, prévue pour le mois de mai prochain,...

Algérie : le gouvernement fixe les montants des augmentations salariales et des retraites

Les autorités algériennes ont fixé les augmentations salariales devant être en vigueur dès le mois de janvier 2023. Étalée sur une année, la décision concerne...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici