mardi, mai 17, 2022

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Poutine et Zelensky félicitent Macron pour sa réélection

Le président russe Vladimir Poutine a félicité son homologue...

Syrie: évacuation de civils et de combattants, la pression sur l’EI s’accentue

En Syrie, les raids aériens de l’aviation de la coalition internationale dirigée par Washington ont repris mercredi 20 février contre le dernier réduit du groupe Etat islamique à Baghouz, à l’est de l’Euphrate, après l’évacuation de familles et de combattants.

Les bombardements aériens et terrestres visent à faire pression sur les derniers jihadistes encore retranchés dans le réduit d’un demi-kilomètre carré dans la localité de Baghouz, à l’est de l’Euphrate, non loin de la frontière avec l’Irak.

Selon le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahman, quelque 260 jihadistes refusent de se rendre à la coalition arabo-kurde qui encercle totalement la dernière proche du groupe Etat islamique en Syrie. Ils se cachent dans des tunnels avec des membres de leur famille.

Ce mercredi, vingt-six camions-remorques sont sortis de Baghouz avec à leur bord 1 800 civils, en majorité des femmes et des enfants, et 180 combattants. Cette première évacuation a pu avoir lieu après des jours de négociations par l’intermédiaire de chefs de tribus arabes de Deir Ezzor.

Rami Abdel Rahman a affirmé que les personnes évacuées du dernier réduit de l’EI seront transportées vers le champ gazier de Omar ou vers des bases américaines. Parmi les civils figurent de nombreuses femmes de nationalités française, allemande ou russe, selon des journalistes qui ont pu les rencontrer.

Les négociations, ponctuées de pressions militaires, se poursuivent pour convaincre les derniers jihadistes de déposer les armes. Un ultimatum de quelques heures leur a été accordé avant que l’assaut terrestre final ne soit lancé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos