mardi, décembre 1, 2020

Tunisie : Béji Caïd Essebsi appelle à modifier la Constitution

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a appelé, mercredi, à amender la Constitution du pays, en raison de « divergences l’interprétation du texte avec certaines parties ».

C’est ce qui ressort du discours prononcé par Caïd Essebsi au Palais de Carthage à l’occasion du 63ème anniversaire de la fête de l’Indépendance de la Tunisie après une colonisation française de 75 ans.

« Nous avons une copie prête des propositions d’amendement de la Constitution », a déclaré Caïd Essebsi sans fournir plus de détails sur le contenu desdites propositions.

Le dirigeant tunisien a motivé son appel par « des divergences avec certaines parties dans l’interprétation de la Constitution, qu’il faut résoudre ».

« Selon l’Article 71 de la Constitution, le pouvoir exécutif est exercé par le président de la République et un gouvernement présidé par un Chef du gouvernement », a-t-il rappelé.

« Or, la formation du dernier gouvernement s’est faite sans consultation du président de la République, avec le consensus du chef du gouvernement et du mouvement d’Ennahdha (d’obédience islamique/68 députés sur 217) », a poursuivi le président tunisien.

En novembre dernier, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, avait sollicité l’approbation du Parlement pour un remaniement ministériel touchant à 13 ministères et 5 porte-feuilles de secrétaire d’Etat. Le Parlement avait alors voté à la majorité absolue pour accorder la confiance à la nouvelle équipe de Chahed.

Caïd Essebsi a affirmé « qu’il n’était pas nécessaire d’aller au Parlement (pour obtenir sa confiance) sans passer par le président ».

« C’est une violation flagrante de la Constitution », a-t-il souligné estimant que « le pouvoir exécutif est dirigé actuellement avec une seule tête ».

Expliquant les raisons d’un amendement constitutionnel, Caïd Essebsi a évoqué « le désaccord entre lui et certaines sensibilités politiques sur la lecture du texte constitutionnel concernant la référence religieuse ». Il faisait ainsi référence au mouvement d’Ennahdha qui rejette une initiative présidentielle visant à établir l’égalité dans l’héritage entre hommes et femmes.

« La Constitution est claire dans l’Article 2 et stipule expressément que la Tunisie est un Etat à caractère civil », a-t-il martelé.

Cependant, Ennahdha estime que l’initiative présidentielle est en contradiction avec l’Article 1 de la Constitution, qui stipule que la Tunisie est de religion islamique.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Pompeo au Sultanat d’Oman pour discuter des derniers développements régionaux

Le sultan d'Oman, Haïtham ben Tarik, a discuté avec le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo des derniers développements dans la région, rapporte l'agence de presse omanaise...

Libye : Invalides des milices de Haftar protestent contre la négligence des autorités

En Libye, un groupe d’invalides, des anciens combattants des milices du général à la retraite, Khalifa Haftar, a protesté, dimanche, contre la dégradation de...

Émirats arabes unis : La plus grande entreprise de bâtiment se déclare officiellement en...

La société de construction qui a contribué à la construction du plus haut bâtiment du monde aux Émirats arabes unis, Arabtec Holding, a officiellement annoncé...

L’armée Azerbaïdjanaise entre à Lachin conformément à l’accord avec l’Arménie

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a annoncé, lundi, l’entrée des forces armées azerbaïdjanaises dans la province de Lachin, après 28 ans d’occupation arménienne, suite à...

L’arme utilisée pour tuer le scientifique iranien a été fabriquée en Israël, selon Press...

L’arme ayant servi à tuer le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh près de Téhéran a été fabriquée en Israël, a rapporté lundi la chaîne de télévision...