mardi, mars 28, 2023

Tunisie : des ONG internationales inquiètes après l’arrestation d’un député critique envers le président

Plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) internationales ont exprimé, samedi 31 juillet, leur inquiétude sur la situation en Tunisie depuis que le chef de l’Etat s’est octroyé les pleins pouvoirs et que le député indépendant Yassine Ayari a été arrêté. Déjà condamné plusieurs fois pour son discours très critique envers l’armée, il avait qualifié, cette semaine, le régime d’exception instauré par le président de « coup d’Etat militaire ».

La justice militaire tunisienne a confirmé son interpellation, en application d’un jugement rendu fin 2018, qui le condamnait à deux mois de prison pour une publication critique envers l’armée sur Facebook, selon un communiqué. M. Ayari bénéficiait auparavant de son immunité parlementaire. Mais lorsque le président tunisien, Kaïs Saïed, s’est octroyé les pleins pouvoirs et a suspendu le Parlement pour trente jours en invoquant la Constitution dimanche, il a également levé l’immunité des députés.

Cette interpellation « confirme les craintes selon lesquelles le président Saïed risque d’utiliser ses pouvoirs extraordinaires contre ses opposants », a estimé, dans un communiqué, le directeur de Human Rights Watch (HRW) pour l’Afrique du Nord, Eric Goldstein.

L’antenne tunisienne de l’ONG Amnesty International a fait part, elle aussi, de son « inquiétude » concernant l’arrestation de M. Ayari. Elle « condamne fermement le jugement des civils devant les tribunaux militaires et les procès d’opinion quels qu’ils soient ».

Des arrestations de membres d’Ennahda

De son côté, HRW s’inquiète également de l’arrestation de « quatre membres d’Ennahda », le parti d’inspiration islamiste au pouvoir depuis dix ans en Tunisie. Selon l’ONG américaine, ils étaient accusés d’avoir cherché à « perpétrer des actes violents » devant le Parlement.

Lire aussi  En Tunisie, la nomination du nouveau chef du gouvernement se fait attendre

Un responsable d’Ennahda a confirmé ces interpellations à l’Agence France-Presse (AFP), qui ont eu lieu en début de semaine. Les quatre personnes concernées ont été relâchées, vendredi, sans faire l’objet de poursuite judiciaire, a-t-il précisé.

Des Tunisiens expriment actuellement leur crainte d’un retour à la répression, dix ans après la révolution qui a provoqué la chute du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali. Vendredi, M. Saïed a assuré qu’il n’y avait « pas de peur » à avoir concernant la liberté d’expression, en affirmant qu’il « [détestait] la dictature ». Il a expliqué que les arrestations ne concernaient que des personnes déjà poursuivies par la justice.

La crainte d’une « dictature »

Samedi, l’association tunisienne I Watch a publié une liste de quatorze députés qui sont sous le coup de poursuites judiciaires et risquent donc d’être arrêtés.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le chef d’Ennahda, Rached Ghannouchi, a une nouvelle fois accusé le président Saïed d’avoir pris des mesures qui violent la Constitution. « Ces décisions suivent le cahier des charges pour mettre en place une dictature », a estimé le président du Parlement tunisien. « La dictature mène invariablement à une augmentation de la corruption, du népotisme, des violations des libertés individuelles et des inégalités », a fait valoir M. Ghannouchi.

SourceLe Monde

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici