mardi, juin 6, 2023

Tunisie: Ennahda refuse sa confiance au nouveau gouvernement actuel

Le chef du Conseil de la Choura du mouvement Ennahda, Abdelkarim Harouni, a annoncé que le parti n’accorderait pas confiance au gouvernement Elyes Fakhfakh s’il est présenté sous sa composition actuelle.

C’est ce qui ressort des déclarations de l’ancien ministre du Transport lors d’une conférence de presse tenue vendredi après la clôture des travaux de la 37e session du Conseil de la Choura du mouvement Ennahda (54 sièges sur 217 au Parlement).

“Nous souhaitons que le gouvernement ait des chances de continuer, de réussir à relever le défi économique et social et d’avoir la stabilité au Parlement. Ainsi, Fakhfakh ne doit pas présenter son gouvernement au chef de l’Etat dans sa composition actuelle”, a-t-il expliqué.

Pour Harouni, le chef du gouvernement désigné doit mener de nouvelles consultations afin de mettre en place un gouvernement d’unité nationale pour que le mouvement Ennahda puisse le défendre sans exclure personne.

“La mise en place d’un gouvernement d’unité nationale vient de la vision d’Ennahda de mettre fin à l’exclusion en Tunisie. Il faut aussi respecter la volonté des électeurs et les équilibres au gouvernement”, a-t-il poursuivi.

En ce qui concerne l’actualité parlementaire, Harouni a tenu à fustiger “ce qui se passe actuellement au Parlement, notamment, les échanges d’accusation entre les députés, les attaques contre Ennahda et la centrale syndicale”. “Ce climat hostile ne contribue pas à la formation d’un gouvernement capable de faire face aux défis socio-économiques”, a-t-il conclu.

En effet, le Premier ministre tunisien désigné, Elyes Fakhfakh, avait fait savoir, lors d’un point de presse tenu le 24 janvier, que 10 partis politiques ont exprimé leur volonté de participer au prochain gouvernement.

Ces partis sont : le mouvement Ennahdha, le mouvement démocrate, la coalition al-Karama, le mouvement al-Chaab, Tahya Tounes, Machroô Tounes, al-Badil Tounsi, l’Union républicaine populaire, Nidaa Tounes et Afek Tounes.

Fakhfakh avait expliqué, la semaine dernière, que son projet a pour objectif de “construire la Tunisie et non à former un gouvernement”. Il optera, ainsi, pour les principes de clarté et de transparence dans la voie de la création d’une coalition gouvernementale et de l’élaboration d’un pacte gouvernemental sans la participation du Parti Destourien Libre et du mouvement “Au coeur de la Tunisie”.

De son côté, le chef du mouvement “Ennahda”, Rached Ghannouchi avait affirmé, la semaine dernière, que le gouvernement de Elyes Fakhfakh ne passera pas car il n’obtiendra pas la confiance du Parlement si le parti “Au coeur de la Tunisie” reste exclu des tractations de la formation de son gouvernement.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici