vendredi, mai 27, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Tunisie-Manifestations : Le journal Libération dénonce l’agression de son correspondent

Courrier arabe

Le journal français Libération a dénoncé l’attaque dont son correspondent à Tunis, Mathieu Galtier, ait été victime après avoir été tabassé par les forces de l’ordre alors qu’il couvrait les manifestations organisées là-bas, vendredi 14 janvier.

Le journal avait indiqué que «malgré le fait que les rassemblements soient officiellement interdits à cause du protocole sanitaire et à cause de la forte présence des forces de l’ordre, des centaines de manifestants ont pu se rassembler à la Place de l’Horloge, au centre de la capitale».

Il signala que «la police avait utilisé des canons à eau et des bombes lacrymogène, pour disperser la foule».

Selon le journal, «Mathieu Galtier était présent aux manifestations, et c’est lorsqu’il avait pris son téléphone portable pour filmer l’arrestation d’un manifestant, un officier en uniforme militaire l’a attaqué».

«Mathieu Galtier avait expliqué en arabe et en français qu’il était journaliste, mais l’officier voulait prendre le téléphone… Ensuite Galtier raconte que des policiers sont venus et l’ont tiré entre deux camions, où il a été tabassé avant de prendre son téléphone et sa carte de journaliste», avait noté le journal.

Tenant compte des faits, le journal a dénoncé l’agression, signalant que «les mesures exceptionnelles installées au pays ne justifiaient pas la censure de la liberté d’expression».

Le journal avait déposé une protestation auprès de l’ambassadeur tunisien à Paris, demandant que «les papiers de son correspondent lui soit rendus» et exigeant «l’ouverture d’une enquête pour démasquer les coupable et les juger».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos