19.6 C
New York
mardi, mai 28, 2024

Buy now

spot_img

Algérie: la répression « implacable » du Hirak entrave la réforme constitutionnelle

La répression « implacable » qui vise les militants du Hirak, le mouvement de contestation antirégime, risque de remettre en cause le processus de réforme constitutionnelle en cours en Algérie, estimait, jeudi 25 juin, Amnesty International (AI).

Au lendemain de son élection, le 12 décembre 2019, le président algérien Abdelmadjid Tebboune avait tendu la main au Hirak et s’était engagé à réviser la Constitution, retaillée sur mesure pour son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika.

En mai, M. Tebboune a fait distribuer l’avant-projet de sa réforme aux partis politiques, aux syndicats et aux représentants de la société civile pour consultation.

Dans une note de 10 pages adressée aux autorités, Amnesty exprime sa « préoccupation » à propos de certaines dispositions de l’avant-projet, notamment « en ce qui concerne les droits à la liberté d’expression et de réunion ». L’ONG regrette « l’absence totale de transparence » du processus et du calendrier de la révision constitutionnelle, qui sera soumise à référendum.

Elle s’inquiète aussi du maintien de « lois répressives », comme les amendements au Code pénal adoptés en avril qui criminalisent la diffusion de fausses informations, passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement.

Amnesty, qui accompagne sa note de recommandations, prend néanmoins acte de l’introduction de « dispositions plus fermes sur les droits des femmes et les droits économiques, sociaux et culturels ».

Détention provisoire

Mais « si les autorités algériennes veulent que ce processus de révision constitutionnelle (…) soit pris au sérieux, elles doivent cesser d’arrêter des militant.e.s de l’opposition et libérer les personnes qui sont déjà incarcérées ou condamnées pour avoir simplement exercé leurs droits à la liberté d’expression et de réunion », plaide Heba Morayef, directrice pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Tandis que des militant.e.s politiques et des membres de la société civile non violents, ainsi que des journalistes, croupissent derrière les barreaux, l’avant-projet de Constitution vient nous rappeler que les promesses des autorités d’écouter le mouvement de contestation sont loin de se traduire par des faits », déplore-t-elle.

Au moins 500 manifestants ont été interpellés vendredi 19 juin à la suite de la reprise de marches hebdomadaires pro-Hirak à travers tout le pays, selon la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH).

La plupart ont été relâchés depuis sans inculpation mais une douzaine reste en détention provisoire.

Selon un décompte du Comité national de libération des détenus (CNLD), une association de soutien, quelque 70 détenus du Hirak sont actuellement incarcérés, la plupart pour des publications sur Facebook.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Affaire de l’activiste algérienne: la France estime « avoir protégé une ressortissante française »

La France a réagi officiellement, ce jeudi, à l'affaire de l'exfiltration de la gynécologue et activiste algérienne, Amira Bouraoui, qui a suscité la colère...

L’Algérie rappelle son ambassadeur à Paris pour « consultations »

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune a rappelé, ce mercredi, l'ambassadeur d'Algérie à Paris (France), Saïd Moussi, "pour consultations", a indiqué la présidence algérienne, dans...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Algérie : Tebboune effectuera sa première visite en France au mois de mai

La présidence algérienne a annoncé, dimanche, une visite prochaine en France du président du pays, Abdelmadjid Tebboune, prévue pour le mois de mai prochain,...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici