5.9 C
New York
mardi, mars 5, 2024

Buy now

spot_img

Attentat Hariri: déclarations finales dans le procès de 4 suspects du mouvement chiite Hezbollah

Les juges d’un tribunal des Nations unies entendront à partir de mardi les déclarations finales dans le procès de quatre hommes accusés d’avoir participé en 2005 à l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri.

La lecture des déclarations de clôture, qui durera deux semaines, marque la dernière phase du procès des suspects, tous membres présumés du mouvement chiite Hezbollah, plus de 13 ans après l’attentat dans le centre de Beyrouth.

Rafic Hariri, Premier ministre sunnite du Liban jusqu’à sa démission en octobre 2004, a été tué en février 2005, lorsqu’un kamikaze a détonné une camionnette bourrée d’explosifs au passage de son convoi blindé sur le front de mer de Beyrouth. L’attaque a coûté la vie à 21 autres personnes et a fait quelque 226 blessés.

Saad Hariri, son fils et actuel Premier ministre libanais, fera le déplacement dans la banlieue de La Haye où siège le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), selon une information de son cabinet.

La journée de mardi s’ouvrira avec le réquisitoire de l’accusation, avant de laisser la parole aux représentants des victimes et ensuite à la défense, a indiqué le TSL sur Twitter.

Le tribunal doit se prononcer sur le rôle de quatre hommes soupçonnés d’être à l’origine de la mort de Rafic Hariri. Moustafa Badreddine, le principal accusé décrit comme le « cerveau » de l’attentat par les enquêteurs, est mort depuis et ne sera donc pas jugé.

Reste Salim Ayyash, 50 ans, accusé d’avoir été à la tête de l’équipe qui a mené l’attaque. Deux autres hommes, Hussein Oneissi, 44 ans, et Assad Sabra, 41 ans, sont notamment poursuivis pour avoir enregistré une fausse cassette vidéo qui revendiquait le crime au nom d’un groupe fictif.

Le dernier accusé, Hassan Habib Merhi, 52 ans, fait également face à plusieurs chefs d’accusation, tels que complicité de perpétration d?un acte de terrorisme et complot en vue de commettre cet acte.

– Jugement « symbolique » –

Les juges devront pourtant faire face à un banc des accusés vide devant ce tribunal des Nations unies, établi en 2009 pour juger les responsables de la mort de M. Hariri.

Le mouvement du Hezbollah, qui a rejeté toute paternité de l’assassinat, a refusé de livrer les suspects malgré les mandats d’arrêts émis par le TSL.

Les suspects seront ainsi jugés en leur absence, sans même avoir été en contact avec les avocats qui les représentent. Une situation inédite en droit international depuis 1945 et le procès de Nuremberg au lendemain de la Seconde guerre mondiale.

Par défaut, le TSL est devenu le premier tribunal pénal international qui permet l’organisation d’un procès en l’absence de l’accusé.

Mais cette absence « remet en question la pertinence du procès, étant donné qu’aucune peine réelle ne sera infligée », estime Dov Jacobs, professeur en droit pénal international.

L’effet du jugement « sera exclusivement symbolique », ajoute M. Jacobs, qui s’attend à une longue procédure en appel.

Même si le jugement pourrait apporter des précisions sur le rôle joué par le Hezbollah dans cette attaque, le mouvement chiite a déclaré en août ne simplement pas reconnaître le TSL, qui « ne vaut absolument rien » à ses yeux.

« Nous ne reconnaissons pas ce tribunal, nous ne le considérons pas pertinent et nous disons à quiconque mise sur lui: ne jouez pas avec le feu », a lâché dans un discours le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du Qatar déployait des efforts pour contribuer à la reconstruction des régions endommagées par le séisme...

Le Sultanat d’Oman autorise les avions de ligne israéliens à survoler son espace aérien

Israël a déclaré, jeudi, que les autorités du Sultanat d'Oman ont accepté d'autoriser les avions de ligne israéliens à traverser l'espace aérien de ce...

Cisjordanie : Grève générale suite au massacre perpétré par l’armée israélienne à Naplouse

Une grève générale a paralysé, jeudi, tous les aspects de la vie en Cisjordanie, en signe de deuil après le meurtre de 11 Palestiniens...

Sultanat d’Oman : un séisme de magnitude 4,1 frappe la ville de Douqm

Un tremblement de terre d'une magnitude 4,1 sur l'échelle de Richter a été enregistré, dimanche, à Douqm, ville côtière du sultanat d'Oman. Le Centre sismologique...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici