5.7 C
New York
mardi, mars 5, 2024

Buy now

spot_img

Des diplomates européens révèlent la coordination des renseignements franco-égyptienne pour soutenir Haftar

Courrier arabe

Des sources diplomatiques européennes suivant la crise en Libye ont affirmé que des responsables libyens proches du général à la retraite Khalifa Haftar ont rendu visite la capitale française Paris avant deux semaines de l’ attaque de Tripoli.

Selon les mêmes sources qui ont confié à « Al-Araby Al-Jadid », les visiteurs libyens ont entendu, de la part des hauts responsables français, des affirmations exprimant le mécontentement de Paris à l’égard des personnalités et des groupes extrémistes dans les milices qui se battent aux côtés du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu mondialement sous la présidence de M.Fayez Al-Sarraj, ce qui montre que la France adopte un double jeu dans la crise libyenne.

Des déclarations ont été adoptées de la part de la France, l’Italie, l’USA, le Royaume Unis et les Émirats Arabes Unis juste après l’attaque de Haftar contre Tripoli, portant condamnation de cette violence, tout en invitant les deux parties à trouver une solution pacifique, ce qui tente l’envoyé spécial des Nations Unies Ghassan Salama de le recommander.

Ces sources assurent que la France voit toujours que Haftar est l’homme le plus fort sur lequel elle peut y compter dans la phase actuelle, non pas seulement parce qu’il contrôle les issues pétrolières, ou pour son intérêt de sécuriser ses grandes implantations et son évincement des mégas sociétés italiennes concurrentes, mais aussi pour empêcher l’Italie de prendre le contrôle sur une zone stratégique importante telle que la Libye. La France dans ce cas vise une extension naturelle en plus de son contrôle culturel sur le Grand Maghreb.

La vision finale de la France à l’égard de Haftar ne peut être compatible ni avec celle des états arabes qui lui soutiennent, ni avec le point de vue de la Russie, puisque elle voit qu’elle pourrait compter sur le Maréchal Haftar actuellement, pour entraîner de la pression ou pour sortir avec les avantages importantes possibles , mais ne le prévoit pas comme l’homme qui pourrait diriger la Libye dans l’avenir.

Les mêmes sources ont révélé qu’en dépit des réfutations de l’armée française de ce que l’Italie diffuse sur ses médias ; concernant une présence militaire limitée en Libye, pour aider les milices de Haftar, par la procuration des conseillers militaires, ainsi que des experts de renseignement , elle continue de mettre l’accent sur ses informations, comme partie de la guerre politique entre les deux pays sur cette zone. Mais ce qui est au moins certain, c’est que la France a fourni à l’Egypte et son allié Haftar cette année, des renseignements minutieux sur les lieux d’enracinement de l’armée hostile de ce dernier à Tripoli, ainsi que du volume d’armement des milices soutenues par d’autres états que l’Egypte, il s’agit de l’Arabie Saoudite et les Emirats Unis.

La coordination franco-égyptienne dans ce cadre, a de multiples niveaux, à savoir ; l’échange des renseignements sur ce qui se passe dans de différentes zones, spécialement à l’Est et le Sud Est de la Libye, dans une tentative de contrôler la situation de plus près.

A ce jour, les mêmes sources ont assuré que les renseignements reçus indiquent que les mouvements d’armées offensives et défensives autour de Tripoli n’ont rimé à aucune évolution stratégique.

Ces sources ont considéré que l’accueil officiel de Haftar au Caire avant hier, le Dimanche, de la part du président de la république Abdel Fattah Al-Sissi , et l’annonce de cette visite par des photos de la réunion qui s’est tenue au palais de l’Union comme un facteur de provocation pour les italiens, ce qui va mener à un flux d’armes soutenant les forces de Tripoli.

La visite de M.Haftar au Caire a coïncidé avec la conférence nationale libyenne déjà annulée, ce qui a été perçu comme un message exprès de la part d’Al-Sissi , les Emirats Arabes et l’Arabie Saoudite adressé à l’Italie, et les pays qui soutiennent le gouvernement « El-Wifak », disant que pour sortir de cette impasse il faut qu’il y’ait un espace pour Haftar, et que la solution finale doit être égyptienne ou du moins suscite l’intérêt mutuel de l’Egypte et les deux états du Golfe.

Le communiqué présidentiel égyptien d’Al-Sissi avec Haftar a reflété une image différente de ce que le ministère des affaires extérieures égyptien a tenté de le diffuser il y’a quelques jours, en faisant semblant de s’opposer aux attaques sur la capitale Tripoli, quand Al-Sissi a confirmé son soutien pour lutter contre le terrorisme , les groupes et les milices extrémistes, dans le but d’assurer la sécurité et la stabilisation pour le citoyen libyen.

une photo du président « Abdel Fattah Al-Sissi » et l’Homme fort de l’Est « Khalifa Haftar » visiblement de très bonne humeur a été prise lors de leurs rencontre au palais présidentiel en présence du chef des services de renseignement M.Abbas Kamel, qui ne laisse aucun doute que les attaques de Tripoli étaient sous une bénédiction égypto-émiratie , chose qui a été diffusée par « Al-Arabi Al-Jadid » le 7 Avril selon des sources européennes.

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

La Libye rejette la décision de l’Egypte concernant la démarcation des frontières maritimes

La Libye a rejeté, vendredi, la décision prise par l'Égypte le 11 décembre de délimiter unilatéralement les frontières maritimes entre les deux pays. "Cette démarcation...

Tunisie: Saïed se réunit avec le Premier ministre libyen

Le Président de la République de Tunisie, Kais Saïed a reçu, mercredi, le chef du gouvernement d'union nationale libyen, Abdulhamid Dbeibeh, en présence de...

Algérie-Tunisie: Lamamra reçu à Tunis par Saïed

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a effectué, ce samedi, une visite de travail en Tunisie en sa qualité d'envoyé spécial du...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici