lundi, novembre 30, 2020

Un homme d’affaire proche du gouvernement émirati incite les Saoudiens à tuer les civils yéménites

Courrier arabe

Le célèbre homme d’affaire émirati «Khalaf al-Habtour», et l’une des personnalités les plus proches du gouvernement de son pays, s’est moqué de « la défaite saoudienne face au groupe Houthis », et de son incapacité à repousser leurs attaques, malgré l’énorme budget d’armement consacré par le royaume, les incitant à « tuer les civils yéménites prétendant qu’ils couvrent les terroristes ».

Khalaf al-Habtour a déclaré lors d’un tweet: «Nous dénonçons l’attaque terroriste des Houthis sur le champ d’al-Chiba, en Arabie saoudite, mais ce qui nous surprend, c’est l’incapacité des radars et des antimissiles à repousser une telle offensive».

Il ajouta «le royaume saoudien investi des sommes colossales dans le domaines des armes et des équipement militaires», se demandant ce qui avait empêché les autorités saoudiennes à intercepter les attaques, du fait qu’elles en avaient les moyens.

Il pousse les Saoudiens à attaquer les civils yéménites

L’homme d’affaire émirati a noté dans un autre tweet : «L’attaque des Houthis sur le champ d’al-Chiba est un acte de guerre, ce n’est pas la première attaque sur l’Arabie saoudite, pour cela, une réponse ferme et franche doit être lancée vers les positions des Houthis», expliquant que ne pas répondre aux attaques se traduit comme signe de faiblesse, et reflète une atteinte à la souveraineté du royaume.

Il continua en lançant un appel aux Saoudiens, leur demandant de ne plus se soucier des vies humaines au Yémen, accusant tous les civils de soutenir le groupe qu’il traita de terroriste, «nous nous forçons à protéger les civils, qui à l’opposé, couvrent les terroristes, n’hésitons plus, nous devons nous défendre, nous devons frapper d’un point de fer».

Al-Habtour qui demanda aux autorités saoudiennes de se réveiller, leur indiqua que «toute guerre engendre des dommages collatéraux, rien ne vaut notre sécurité, et nous devons être sévères contre tout danger qui nous menace».

Des déclarations qui ont suscitées la colère de plusieurs activistes saoudiens qui ont refusé les moqueries de l’homme émirati, dans un temps où des observateurs humanistes internationaux s’inquiètent au sujet de ses avances contre les civils, appelant à une sanction à son égard, pour «incitation à des crimes contre des innocents».

Notant que les Houthis au Yémen, en guerre contre la coalition arabe, avaient récemment déclaré changer de politique avec les Émirats arabes unis, qui ont commencé à s’entendre avec l’Iran.

Aujourd’hui, face de telles déclarations, les observateurs notent que la tension risque de s’enflammer à nouveau entre les deux camps, et annoncent qu’Abu-Dhabi risque de payer cher le prix des déclarations de son citoyen.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

L’arme utilisée pour tuer le scientifique iranien a été fabriquée en Israël, selon Press...

L’arme ayant servi à tuer le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh près de Téhéran a été fabriquée en Israël, a rapporté lundi la chaîne de télévision...

France / Covid-19: Le chiffre des nouveaux cas quotidiens au plus bas depuis...

La France a enregistré 4.005 nouvelles contaminations en 24 heures, indique, ce lundi soir, les chiffres de Santé Publique France. C'est la deuxième fois,...

Israël appelle ses délégations diplomatiques à faire preuve de vigilance

Le ministère israélien des Affaires étrangères a appelé, ce lundi, ses diplomates à l'étranger à faire preuve de "vigilance", par crainte de représailles de la...

Netanyahu préparerait une visite officielle en Égypte, selon la presse israélienne

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu préparerait une visite officielle en Égypte dans les prochaines semaines, afin de rencontrer le Président égyptien, Abdel Fattah...

Le quatrième round du dialogue libyen démarre lundi au Maroc

Le quatrième round des négociations entre la Chambre des Représentants libyenne et le Haut Conseil d'Etat libyen, débutera lundi, dans la ville de Tanger (nord du Maroc),...