lundi, novembre 30, 2020

Inde: les violences faites aux musulmans, sont presque devenues légitimes

Le triomphe de Narendra Modi, réélu pour un deuxième mandat à la tête de l’Inde, est aussi celui du nationalisme hindou. Les violences envers les minorités religieuses se renforcent dans la plus grande démocratie du monde.

Narendra Modi promet une « Nouvelle Inde ». Durant les cinq ans à venir, le Premier ministre aura en tout cas une latitude certaine pour ses réformes. Son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP) a raflé la majorité absolue au Parlement indien, soit 303 sièges sur 543. Le nationalisme hindou renforce son emprise. « C’est un triomphe des émotions sur les arguments et sur le bilan économique très mitigé de Narendra Modi », relève Sylvie Guichard, maître d’enseignement à l’Université de Genève, invitée de Géopolitis. « Modi a fait appel au nationalisme hindou, qui mêle fierté nationale et religion. »

Dans une Inde composée à 80% d’hindous, la campagne électorale a été émaillée de violences, physiques et verbales, à l’encontre de la minorité musulmane. Une minorité qui rassemble tout de même plus de 170 millions de fidèles. C’est la troisième plus grande communauté musulmane au monde. « Les tensions et les violences anti-musulmanes ne sont pas apparues avec Narendra Modi, mais elles sont devenues presque légitimes », observe Sylvie Guichard. « Le Premier ministre a clairement donné le message aux militants nationalistes hindous (…) qu’il laissait faire », poursuit-elle.

Lorsqu’il était ministre en chef de l’Etat du Gujarat, Narendra Modi avait déjà été accusé de ne pas avoir réagi lors des pogroms anti-musulmans de 2002. Ces violences avaient fait plus d’un millier de morts en quelques jours.

Le gardien Modi

En s’imposant en gardien du peuple hindou, le « Chowkidar » Modi marque une rupture avec ses prédécesseurs issus de la dynastie Nehru-Gandhi. Une rupture avec les valeurs d’égalité et d’unité dans la diversité des pères de la Constitution indienne. « Narendra Modi met en avant la majorité hindoue contre les minorités, qui deviennent des citoyens de deuxième classe », souligne Sylvie Guichard. « Il ne leur a pas enlevé le droit de vote, mais il y a des discussions pour retirer la laïcité du préambule de la Constitution indienne. » L’Inde s’achemine selon elle vers une forme de « démocratie illibérale ».

SourceRTS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Netanyahu préparerait une visite officielle en Égypte, selon la presse israélienne

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu préparerait une visite officielle en Égypte dans les prochaines semaines, afin de rencontrer le Président égyptien, Abdel Fattah...

Le quatrième round du dialogue libyen démarre lundi au Maroc

Le quatrième round des négociations entre la Chambre des Représentants libyenne et le Haut Conseil d'Etat libyen, débutera lundi, dans la ville de Tanger (nord du Maroc),...

Palestine: La solution à deux États devient de plus en plus difficile à atteindre,...

« Il est douloureux que la Cause de la Palestine reste toujours sans résolution jusqu'à présent », a déclaré, dimanche, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio...

Israël refoule deux personnalités émiraties respectées dans leur pays

Les autorités israéliennes ont refoulé, samedi, deux personnalités émiraties d’entrer au pays, sous prétexte de ne pas avoir conclu les procédures nécessaires exigées en...

Maariv : les visites mutuelles et contacts entre Israël et l’Arabie saoudite se trament...

Le journal hébreu "Maariv" a révélé, lundi denier, que les relations entre Israël et l'Arabie saoudite existent depuis une longue date à savoir de...