jeudi, novembre 26, 2020

Irak: des manifestations à Bassora pour l’eau potable et craint des épidémies

Un an après les premières manifestations, les Irakiens continuent à battre le pavé pour exiger l’accès à des services de base, car l’électricité se raréfie avec la chaleur et l’eau propage de nombreuses maladies. Dans un nouveau rapport publié lundi 22 juillet, Human Rights Watch craint une nouvelle épidémie dans la région de Bassora et appelle les autorités à mettre fin à des décennies de gestion défaillante.

L’été 2018, les rues de Bassora se sont enflammées, des milliers d’hommes et femmes réclamant la fin de la corruption et l’accès à l’eau propre et à l’électricité. Leur colère était en partie nourrie par une épidémie d’envergure à l’origine de dizaines d’hospitalisations dans cette ville du sud de l’Irak.

À l’automne, un nouveau gouvernement a été constitué sur la base de promesses de changement, mais selon le rapport de Belkis Wille, de Human Rights Watch (HCR), rien n’a été fait.

Lors d’une conférence de presse à Bagdad lundi 22 juillet, la chercheuse a accusé le gouvernement : « le ministère de la Santé n’a jamais précisé les raisons de l’hospitalisation des 118 personnes l’année dernière. Ils n’ont pas non plus essayé d’isoler les canalisations dans les quartiers avec la plus grande population affectée, pour empêcher la propagation de la maladie. Les autorités ne sont pas arrivées à assurer une qualité satisfaisante de l’eau, ce qui met les habitants de la région en danger. Parmi les polluants que nous avons identifiés, il y avait des fuites de pétrole. C’est certainement pour cela que les personnes interviewées nous ont dit que l’eau de leur robinet sentait le pétrole et qu’ils pouvaient y mettre feu. »

La pollution et la toxicité de l’eau ont poussé des milliers de familles à partir. Alors que nombre d’entre elles vivaient de l’agriculture, les terres cultivables ont diminué de moitié en l’espace de 10 ans. La région de Bassora est très riche en pétrole, mais les revenus de l’or noir sont détournés par la corruption des autorités.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Ben Salmane criblé de critiques à l’ombre de la visite secrète de Netanyahou en...

Les informations diffusées au sujet la visite secrète entreprise par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Arabie saoudite, a poussé des activistes dénonçant...

Le Qatar attaque en justice la First Abu Dhabi Bank

L'Autorité de régulation du Centre financier du Qatar a annoncé, mardi, dans un communiqué officiel, sa décision d'attaquer en justice la First Abu Dhabi...

Tunisie : l’état d’urgence prolongé pour un mois supplémentaire

Les autorités tunisiennes ont décidé de prolonger d'un mois l'état d'urgence dans tout le pays. C'est ce qu'a affirmé le journal officiel de la République...

Un véhicule fonce sur la grille d’entrée de la Chancellerie allemande à Berlin

Une tentative d'attaque a pris pour cible la Chancellerie allemande à Berlin. Une voiture bélier a foncé dans la grille d'entrée de l'immeuble de la...

Égypte : l’ONU appelle al-Sissi à ne pas arrêter des personnes pour avoir exprimé...

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé le Président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, à ne pas arrêter ou détenir des personnes pour avoir exprimé leurs...