samedi, mars 6, 2021

Irak : émeutes de la faim à Bagdad

Dans ce quartier pauvre et surpeuplé de Bagdad, des heurts violents continuent d’éclater alors que la capitale a retrouvé une certaine accalmie depuis le début des manifestations, le 1er octobre. Les affrontements ont déjà fait une centaine de morts et plus de 6 000 blessés.

Au détour d’une allée, des cris mêlés à des pleurs déchirent la nuit. Dans la cour de sa modeste maison, Ali Kassem Tuma déverse des torrents de larmes en agitant à bout de bras un portrait de son fils, Amir, décédé deux jours plus tôt.

Autour de lui, une dizaine de proches venus présenter leurs condoléances. « Ce n’était qu’un enfant qui jetait des pierres ! hurle Ali, ils auraient pu lui tirer dans la jambe, pas dans la tête. C’était sa première manifestation, il voulait juste du travail. » Dans les rues au plan en damier de Sadr City, un quartier du nord-est de Bagdad, des nouvelles images de jeunes ayant perdu la vie dans les manifestations commencées le 1er octobre apparaissent jour après jour.

« Une révolution de la faim »

Vendredi 11 octobre, Hamza Ghandous a décidé avec ses amis d’organiser une cérémonie en hommage aux défunts. « On a distribué des tracts et vers 15 heures, on ira tous ensemble marcher jusqu’à la place Tahrir », détaille cet homme filiforme de 29 ans, à la tignasse caractéristique.

L’activiste explique descendre dans la rue depuis le début pour réclamer son « droit à une vie prospère et à la dignité. » « C’est une révolution de la faim ! lance ce céramiste. Après 2003 (date de l’invasion américaine, NDLR), nous avons perdu toute idée de futur. Même si un jeune est diplômé, il

SourceLA CROIX

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos