jeudi, décembre 3, 2020

L’accord du siècle.. tous les détails sur la conférence à Manama

Courrier arabe

Peu avant le lancement de l’atelier prévu les 25 et 26 du mois en cours, Jared Kushner, Haut conseiller du président américain a révélé les détails du plan économique autour duquel porteront les discussions à la rencontre de Manama, la capitale de Bahreïn.

Kushner a indiqué que ce plan vise à réunir une somme de 50 milliards de dollars dans le cadre d’un fonds d’investissement international pour « promouvoir l’économie palestinienne ainsi que celle des autres pays arabes. De plus, un couloir de transport sera construit entre la Cisjordanie et Gaza pour un coût de 5 milliards de dollars ».

Selon Reuters, plus de la moitié des 50 milliards de dollars sera consacrée au territoire palestinien avec 179 projets d’infrastructures. Le reste de la somme sera répartie entre l’Égypte, la Jordanie et le Liban. D’autres projets seront consacrés à la péninsule du Sinaï en Égypte où les investissements seront bénéfiques pour les Palestiniens vivant dans le territoire voisin de Gaza. Un milliard de dollars sera également alloué au développement du secteur du tourisme palestinien.

Un refus de  » vendre la Palestine « 

Le Liban a été parmi les premiers pays à annoncer ouvertement son refus de ce plan. Le ministre des Affaires étrangères libanais Gebran Bassil a indiqué que son pays ne participera pas à l’atelier de Bahreïn étant donné que les palestiniens seront absents.

Dans un entretien avec CNN, Bassil a déclaré: « nous préférons avoir une idée claire sur le plan de paix proposé sur lequel nous n’avons pas été consulté ni informé », assurant que « le Liban a des territoires occupés avec un grand nombre de réfugiés depuis 1948 », précise le ministre.

Bassil a assuré qu’Israël doit comprendre que la paix ne peut être réalisée avec la force mais en rétablissant les droits du Liban, de la Syrie et en reconnaissant le droit des Palestiniens de créer leur propre État.

À son tour, Nabih Berri, président de la Chambre des députés libanais a déclaré: « nous assurons que le seul investissement qui ne trouvera pas un terrain fertile au Liban est celui qui se fera au détriment de la Palestine et le droit de son peuple de retourner à sa terre ».

De son côté, l’Irak a rejoint la position du Liban. Le porte parole du ministère des Affaires étrangères irakien Ahmed al-Sahaf a déclaré à l’agence Anadolu: « nous ne sommes pas concernés par cette conférence. L’Irak maintient sa position de principe inébranlable vis-à-vis de la question palestinienne ».

L’atelier de Manama a été également rejetté officiellement par les dirigeants palestiniens et les factions nationales et islamistes de la Palestine. Hamas a condamné la participation de certains pays arabes à cet atelier. Son porte parole Faouzi Barhoum a indiqué: « la conférence de Bahreïn représente l’une des étapes de la mise en œuvre du plan de paix américain connu sous le nom de l’accord du siècle, ce qui conduira par la suite à la liquidation de la cause palestinienne ».

Un leader de Fatah, Majed al-Fetyani, a déclaré récemment: « l’administration américaine est le partenaire de l’occupation israélienne. Toute sa préoccupation est de changer la forme de l’occupation et maintenir le contrôle sur la terre sous l’appellation du développement et de la prospérité », assure le leader en appelant à boycotter l’atelier.

Les amis d’Israël participent

Bahreïn, l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis ont annoncé à travers des communiqués officiels leur participation à cette conférence. Les États-Unis seront présents en tant que parrain du plan avec Jared Kushner, beau-fils et Haut conseiller de Trump.

Le ministre des Affaires étrangères israélien Yisrael Katz a assuré à son tour à travers un tweet que son pays participera à l’atelier.

Rappelons que depuis l’arrivée du président américain Donald Trump à la Maison Blanche, la cause palestinienne a connu des dérives gravissimes notamment avec la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël en violation de l’avis de la communauté internationale.

« L’accord du siècle » cache un rejet implicite de la solution des deux États. Cette rencontre de Manama est une première étape dans la mise en œuvre de ce plan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Yémen: 9 civils tués dans un bombardement des Houthis

Neuf civils ont été tués et sept autres ont été blessés, jeudi, par des bombardements de rebelles Houthis sur le complexe industriel et commercial...

Bloomberg : vers une réconciliation entre l’Arabie saoudite et le Qatar

L'Arabie saoudite et le Qatar tentent de parvenir à un accord pour résoudre leur différend de longue date, sous la pression de l'Administration du Président sortant Donald...

Le fonds souverain saoudien négocie un emprunt d’environ 7 milliards de dollars

Le Fond d'Investissement Publique (fonds souverain saoudien) mène des négociations avec un groupe de banques internationales afin d'obtenir un prêt d'une valeur comprise entre...

Israël et le Bahreïn signent un protocole d’accord dans le secteur du tourisme

Israël et le Bahreïn ont signé un protocole d’accord dans le secteur du tourisme dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord...

L’Allemagne livre un navire de guerre sophistiqué à Israël

L'armée israélienne a annoncé, jeudi, qu'elle avait reçu un navire de guerre de classe "Sa'ar VI", le premier d'une flotte de 4 navires qu'Israël avait...