mercredi, avril 14, 2021

L’Arabie saoudite rejette les conclusions du rapport de la CIA sur l’affaire Khashoggi

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a affirmé, vendredi, son rejet « catégorique » des « conclusions erronées et sans fondement » du rapport de la CIA concernant l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Le ministère a déclaré, dans un communiqué de l’agence de presse officielle saoudienne, qu’il « suivait ce qui avait été diffusé concernant le rapport remis au Congrès sur l’assassinat de Jamal Khashoggi ».

Le rapport en question a été publié vendredi soir, et a conclu que Ben Salman avait « consenti à kidnapper ou à tuer » le chroniqueur saoudien du « Washington Post », Jamal Khashoggi.

Le ministère saoudien des affaires étrangères a ajouté que « le gouvernement du Royaume rejette catégoriquement les conclusions erronées et sans fondement concernant les dirigeants du Royaume contenues dans ce rapport, qui contient une multitude de données erronées et d’autres conclusions inexactes ».

Et de poursuivre : « Le royaume rejette également tout ce qui porte atteinte à ses dirigeants, à sa souveraineté et à l’indépendance de son système judiciaire ».

Le communiqué indique qu’il « confirme ce qui a été précédemment publié à cet égard par les autorités compétentes du Royaume, à savoir qu’il s’agit d’un crime odieux qui constitue une violation flagrante des lois et des valeurs du Royaume, commis par un groupe qui a enfreint tous les règlements et outrepassé les prérogatives des organismes auxquels il appartient ».

« Toutes les mesures judiciaires appropriées ont été prises pour instruire cette affaire et traduire les responsables en justice. Des décisions de justice définitives ont été rendues à leur encontre, ce dont la famille Khashoggi s’est félicitée », ajoute le communiqué.

En septembre 2020, la justice saoudienne a définitivement annulé les condamnations à mort prononcées à l’encontre des personnes condamnées dans l’affaire Khashoggi, pour se contenter de condamnations à des peines de prison pour 8 d’entre elles, avec des condamnations variant entre 20, 7 et 10 ans. L’affaire a ensuite été classée.

Le ministère saoudien des affaires étrangères a estimé que le partenariat entre le Royaume et les États-Unis était « fort et solide ». Et d’ajouter : « Au cours des huit dernières décennies, il a été fondé sur des bases solides de respect mutuel (…) Nous espérons que ces bases solides, qui ont constitué un cadre solide pour le partenariat stratégique des deux pays, se poursuivront ».

Plus tôt vendredi, le bureau du directeur du renseignement national des États-Unis a publié un résumé d’un rapport de la CIA qui conclut que Ben Salman « a donné son feu vert pour kidnapper ou tuer » Khashoggi.

« Le prince héritier saoudien a avalisé une opération à Istanbul, en Turquie, afin d’arrêter ou de tuer le journaliste Jamal Khashoggi », selon le rapport, consulté par l’Agence Anadolu.

Le rapport des services de renseignement a également déclaré que le prince héritier saoudien considérait Khashoggi comme une « menace pour le royaume » et préconisait le recours à des mesures violentes si nécessaire pour le faire taire.

Il est à noter que le rapport des services de renseignements américains a été publié après les entretiens téléphoniques, survenus vendredi, entre le président américain Joe Biden et le roi saoudien Salman ben Abdulaziz.

Le rapport est classé comme non confidentiel, mais l’administration de l’ancien président américain Donald Trump refusait de le publier.

Khashoggi a été tué le 2 octobre 2018 dans l’enceinte du consulat de Riyad à Istanbul, dans une affaire qui a secoué l’opinion publique internationale

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos