samedi, novembre 28, 2020

L’armée libyenne attend les instructions pour répondre à la violation du cessez-le-feu à Syrte

L’armée libyenne a annoncé, jeudi, qu’elle attendait des instructions pour répondre à la violation du cessez-le-feu qui a eu lieu hier soir à Syrte.

Le porte-parole de l’armée, le colonel pilote Mohamed Gnounou, a déclaré dans un communiqué: « Nos forces ont observé hier soir une violation prévisible du cessez-le-feu par la milice terroriste du ( général renégat Khalifa) Haftar, dans l’axe de Syrte. »

Il a ajouté: « La milice terroriste de Haftar a tiré 12 roquettes Grad sur les sites de nos forces à l’ouest de Syrte. »

« La direction des opérations (de l’armée) attend les instructions du commandant suprême (chef du gouvernement Fayez al-Sarraj) pour traiter et répondre aux sources de tir au lieu et au moment appropriés », a expliqué Gnounou.

Plus tôt dans la journée de jeudi, l’armée libyenne a annoncé que la milice du général putschiste Khalifa Haftar avait violé le cessez-le-feu conclu dans le pays.

« Il y a eu une tentative des bandes terroristes d’Al-Karama et des mercenaires (russes) du groupe Wagner de cibler nos forces héroïques avec plus de 12 missiles Grad », peut-on lire dans le communiqué.

Et d’expliquer qu’il s’agit « d’une violation évidente de l’accord de cessez-le-feu qui a été annoncé vendredi dernier ».

Le communiqué a souligné que « la salle des opérations de Syrte et Al-Jofra n’hésitera pas à répondre à ces actions, selon la décision des responsables des opérations sur le terrain ».

Le gouvernement libyen a appelé, jeudi, la milice de Haftar à cesser ses attaques et ses crimes dans les villes de Syrte (nord) et de Taraghin (sud-ouest).

Le gouvernement a déclaré dans un communiqué qu’il « ne restera pas passif et ne négligera pas son devoir de protéger le peuple libyen et d’oeuvrer à le faire passer pacifiquement à une phase plus stable ».

Un cessez-le-feu prévaut en Libye depuis vendredi, conformément à deux déclarations simultanées du Conseil de présidentiel du gouvernement libyen et de la Chambre des représentants de Tobrouk (Est) pro-Haftar, qui dispute au gouvernement de Tripoli la légitimité et l’autorité sur le pays.

Les deux déclarations, qui ont convergé sur des points communs, notamment le cessez-le-feu et la tenue d’élections présidentielles et législatives, ont été largement saluées par le monde arabe et la communauté internationale, tandis que le porte-parole de Haftar, Ahmed Al-Mismari, a critiqué le cessez-le-feu.

Le gouvernement libyen s’efforce de rétablir la sécurité et d’améliorer les services publics, qui ont été fortement endommagés par la guerre menée par les milices de Haftar contre le gouvernement, avec le soutien de pays arabes et occidentaux.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Qatar : Des nouvelles sur l’affaire du nouveau-né trouvé dans les poubelles de l’aéroport international...

Le procureur général au Qatar a communiqué de nouveaux détails concernant l’affaire du bébé trouvé dans les poubelles de l’aéroport international de Doha, et...

Syrie: Un avion venu des Émirats arabes unis et chargé de dollars américains arrive...

Une source syrienne privée a raconté «qu’un avion syrien était arrivé à la base militaire d'al-Mezzeh, à Damas, venu des Emirats arabes unis (EAU),...

Des comptes Twitter émiratis et saoudiens publient des fausses déclarations d’Obama à propos de...

Des comptes sur Twitter, appartenant à des pays du Golfe, ont publié des déclarations attribuées à l’ancien président américain, Barack Obama, notant que «...

Le gouvernement égyptien à la chasse aux activistes pour tester les réactions internationales

Des sources diplomatiques égyptiennes ont affirmé que «l’affaire de la détention des responsables de l’organisation «Initiative égyptienne des droits personnels» (EIPR) était un plan...

Yémen : Des protestataires condamnent l’enlèvement d’un prédicateur célèbre

Des dizaines de Yéménites ont organisé, jeudi, un rassemblement protestataire à Taïz, au sud-ouest du Yémen, pour dénoncer l'enlèvement du célèbre prédicateur Abdul Qadir...