mardi, novembre 30, 2021

«Le Koweït s’attache à la souveraineté arabe sur les îles émiraties occupées par l’Iran», selon des documents britanniques  

Courrier arabe

Des documents secrets ont révélé que «le Koweït s’oppose à toutes propositions ne garantissant pas la souveraineté arabe totale sur les îles des Emirats arabes unis, occupées par l’Iran, depuis 1971», affirmant que «le Koweït avait interdit aux gouverneurs émiratis de conclure des accords avec les Iraniens à ce sujet».

Selon des documents britanniques, publiés par la BBC, «leKoweït s’est franchement opposé, avec insistance, à des propositions affectant la souveraineté arabe sur les îles émiraties d’Abou Moussa, de Tanab al-Koubra et de Tanab al-Soghra, qui se trouvent sous le contrôle de l’Iran, depuis 1971».

Les Britanniques savaient au sujet des plans iraniens  

«Londres avait étudié une possibilité où elle s’engageait à acheter les îles émiraties, et d’en faire cadeau au régime du chah iranien ou de les louer pour lui, dans le but de résoudre le conflit avec les émirats d’al-Sharjah et de Ras al-Khayma, et d’assurer la stabilité au Golfe», avait indiqué les documents.

Ils ont ajouté : «Le gouvernement britannique savait que l’Iran prévoyait de mettre la main sur les îles, en faisant appel à la force militaire, dès que la tutelle britannique prenne fin», expliquant que «Londres avait informé les gouverneurs des EAU au sujet de cette affaire».

«Les Britanniques avaient mis des pressions au gouverneur de Sharjah, Khaled ben Mohamed al-Qasmi, pour le pousser à signer un arrangement avec les Iraniens au sujet de l’île d’Abou Moussa», ont-ils précisé, en indiquant : «Ce qui s’est réellement produit, est que l’armée iranienne avait décidé de prendre le contrôle des îles par la force, le 30 novembre 1971, une journée avant l’annonce britannique officielle la fin de son tutorat et 5 jours après l’annonce des EAU comme état indépendant».

«Et tandis que Sharjah avait signé un accord pour partager la souveraineté de l’île d’Abou Moussa avec l’Iran, ce dernier l’a envahie en 1979 et y a construit des structures militaires en 1992», avaient souligné les documents.

Des propositions «inconcevables» pour le Koweït

La BBC indiqua que le rapport de William Los, l’envoyé spéciale britannique, à l’époque, indiqua que «l’ancien chah iranien, Mohamed Redha Bahlaoui, avait dénoncé la position du Koweït».

«Le chah iranien a critiqué sévèrement les Koweïtiens, qui avaient conseillé les dirigeants des EAU, de ne pas signer quelconque accord avec l’Iran», avait-il noté, en expliquant que «les Koweïtiens signalèrent qu’une union fédérale émiratie devait être fondée, pour traiter le problème des îles».

«Toutefois, le chah iranien s’est dit être satisfait par la politique saoudienne qui a soutenu la signature d’un accord entre les EAU et l’Iran», avait-il ajouté.

Sur ce, les observateurs précisent que « la position affichée par le Koweït reflète son attachement à l’unité des pays du Golfe et le souci de sa stabilité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos