jeudi, mai 19, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Le Maroc réfute les allégations d’Amnesty International et demande des preuves

Les autorités marocaines ont «réfuté catégoriquement» vendredi les «allégations infondées» d’Amnesty International, selon qui le Maroc a piraté le téléphone d’un journaliste avec un logiciel espion. Dans un communiqué, les autorités du royaume appellent l’ONG à «étayer» son rapport «par des preuves». Le directeur d’Amnesty au Maroc a été convoqué et il lui a été demandé de fournir «dans les plus brefs délais» ces preuves, selon la même source.

Amnesty international a affirmé lundi dans son rapport que le téléphone d’Omar Radi, un journaliste et militant des droits humains marocain, avait été espionné via le logiciel Pegasus de la firme israélienne NSO, utilisé selon elle par les autorités marocaines. Mercredi, la justice marocaine a annoncé avoir ouvert une enquête sur Omar Radi, qu’elle suspecte de bénéficier de «financements de l’étranger» en lien avec des «services de renseignement». Jeudi, le journaliste a été interrogé plusieurs heures par la police judiciaire.

Pour lui, cette convocation a «un lien direct» avec le rapport d’Amnesty et les accusations le visant sont «ridicules», a-t-il dit a l’AFP. «J’affronterai avec beaucoup de fermeté cette énième tentative d’intimidation», a-t-il commenté vendredi dans un communiqué. En mars, il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir critiqué un juge sur Twitter. Reporters sans frontières (RSF) a appelé jeudi les autorités marocaines à «mettre fin au harcèlement» le visant.

Amnesty avait publié en octobre un premier rapport sur l’espionnage des téléphones de deux militants marocains via le même logiciel.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos