lundi, septembre 20, 2021

Le Népal ferme l’Everest, interdit les touristes par peur du coronavirus

Le Népal a emboîté le pas de la Chine ce vendredi 13 mars et suspendu la délivrance des permis d’ascension de l’Everest en raison de l’épidémie de Covid-19. Le pays ferme ainsi l’accès du « Toit du monde » à quelques semaines du début prévu de la haute saison.

L’Everest restera vierge ce printemps. Dans l’espoir d’empêcher la propagation du nouveau coronavirus sur son territoire, Katmandou a suspendu les ascensions sur l’ensemble de ses montagnes et cesse de délivrer des visas de tourisme.

« Le gouvernement, a indiqué le ministre népalais de la Culture, du Tourisme et de l’Aviation civile, Yogesh Bhattarai, a décidé de suspendre toutes les expéditions de printemps et d’annuler les permis d’ascension pour le moment. La décision peut être reconsidérée après analyse de la situation mondiale au cours du mois à venir. »

Le Népal n’a recensé qu’un cas confirmé de nouveau coronavirus à ce jour. Cette décision, saluée avec résignation par les professionnels du secteur, porte un coup dur à l’économie locale, pour laquelle le tourisme himalayen est une source cruciale de devises.

« Nous comprenons les conséquences terribles qu’aurait une épidémie de Covid-19 au camp de base [de l’Everest]. Malheureusement, nous devons convenir que c’est une décision sage », a déclaré dans un communiqué l’alpiniste Lukas Furtenbach, directeur d’une agence d’expéditions.

« Impact dévastateur sur le tourisme et l’économie »

Plus haut sommet de la Terre avec ses 8 848 m d’altitude, l’Everest est accessible par la Chine via son versant Nord, et par le Népal au Sud. Les autorités chinoises ont déjà notifié aux organisateurs d’expéditions cette semaine que la voie tibétaine, la moins fréquentée, resterait fermée cette saison.

À raison de 11 000 dollars par tête, les seuls permis d’ascension de l’Everest ont rapporté 4,4 millions de dollars au Népal l’année dernière. Les montagnes sont le principal attrait touristique du pays et génèrent nombre d’emplois et de revenus.

Les mesures du gouvernement auront « un impact dévastateur sur notre tourisme et notre économie. Les entreprises vont souffrir et les travailleurs encore plus. Mais c’est le choix responsable à faire au vu des risques », a estimé Santa Bir Lama, président de l’association d’alpinisme du Népal (Nepal Mountaineering Association).

Troisième fermeture en moins de dix ans

L’ascension de l’Everest se fait traditionnellement en avril-mai. La météo offre à cette époque une fenêtre étroite de conditions moins extrêmes pour grimper au sommet.

L’année dernière, la haute saison avait donné lieu au nombre record de 885 personnes montées au sommet, 644 depuis le Népal et 241 depuis la Chine. L’affluence avait provoqué des embouteillages humains en « zone de la mort », dont les images avaient fait le tour du monde.

C’est la troisième fois en moins de dix ans que le Népal ferme l’accès à l’Everest au printemps. En 2014, après une avalanche meurtrière, et en 2015, suite à un séisme qui avait ravagé le pays.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos