samedi, novembre 28, 2020

Les Émirats arabes unis créent une armée composée de milices au Yémen pour compenser leur retrait

Courrier arabe

Selon divers journaux étrangers et des agences de presse, les Émirats Arabes Unis (EAU) sont en train de réduire leur présence militaire au Yémen. Une mesure qui a été liée à la tension croissante entre l’Iran et les États-Unis, les EAU craignant une attaque contre leurs forces.

Cependant, le « Wall Street Journal » a indiqué que les préparatifs de ce retrait ont commencé il y a un an, assurant qu’un autre plan expansionniste qui consiste en la création d’une armée composée de milices est déja lancé. Sa mission principale ne vise pas seulement à combler le vide du retrait, mais aussi à affaiblir le gouvernement légitime yéménite dans les territoires libérés.

Selon les sources du site « Al-Araby Al-Jadeed », le conseil de transition du sud séparatiste appuyé par les Émirats a créé, en moins de deux mois, 16 brigades armées réparties dans plus d’un gouvernorat au sud du Yémen. Cela représente selon les mêmes sources un nouveau cycle de la guerre menée par les Émirats et ses alliés contre le gouvernement légitime visant à limiter son influence et le remplacer par des parties loyales à Abou Dhabi.

Le site « Al-Araby Al-Jadeed » indique également que les EAU ont veillé à financer ces brigades dont le nombre varierait entre 25 et 35 brigades militaires, chacune d’entre elles regrouperait 5 bataillons dont chacun serait composé au minimum de 300 éléments. Au total, chaque brigade regroupera 1500 soldats.

De ce fait, le nombre de l’armée parallèle serait composé de 37500 soldats au minimum pourront atteindre 52500 soldats. Les brigades seront chargées d’étendre leur autorité sur les frontières du sud avec le nord, exercer leur contrôle sur les ressources naturelles et expulser les brigades liées au gouvernement légitime. Quant à l’armée yéménite, l’estimation de son nombre indique qu’il varie entre 200 et 250 mille éléments.

Beaucoup remettent en question les chiffres déclarés compte tenu de la corruption endémique à l’intérieur de l’institution militaire à travers notamment le gonflement des effectifs.

De son côté, une source de la quatrième région militaire a affirmé au site « Al-Araby Al-Jadeed » : « une multiplication des tentatives de débaucher des cadres militaires appartenant au gouvernement légitime vers le camp émirati a été repérée le mois de juin dernier ».

Cependant, il a nuancé son propos en affirmant que certains chefs militaires liés aux Émirats soutiennent le gouvernement légitime. La même source militaire a conclu en exprimant son inquiétude vis-à-vis d’un déclenchement éventuel d’un conflit dont les victimes seraient les Yéménites notamment les habitants du sud.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

France : 396 morts et 12 459 nouvelles contaminations à la Covid-19

La France a enregistré 396 décès et 12 459 nouvelles contaminations au coronavirus ces dernières 24 heures, a annoncé vendredi soir Santé Publique France. Le...

Qatar : Des nouvelles sur l’affaire du nouveau-né trouvé dans les poubelles de l’aéroport international...

Le procureur général au Qatar a communiqué de nouveaux détails concernant l’affaire du bébé trouvé dans les poubelles de l’aéroport international de Doha, et...

Syrie: Un avion venu des Émirats arabes unis et chargé de dollars américains arrive...

Une source syrienne privée a raconté «qu’un avion syrien était arrivé à la base militaire d'al-Mezzeh, à Damas, venu des Emirats arabes unis (EAU),...

Des comptes Twitter émiratis et saoudiens publient des fausses déclarations d’Obama à propos de...

Des comptes sur Twitter, appartenant à des pays du Golfe, ont publié des déclarations attribuées à l’ancien président américain, Barack Obama, notant que «...

Le gouvernement égyptien à la chasse aux activistes pour tester les réactions internationales

Des sources diplomatiques égyptiennes ont affirmé que «l’affaire de la détention des responsables de l’organisation «Initiative égyptienne des droits personnels» (EIPR) était un plan...