29.4 C
New York
vendredi, mai 24, 2024

Buy now

spot_img

Libye : Des avions syriens et russes détectés et Salamé traite les grands pays qui ont soutenu Haftar «d’hypocrites»  

Courrier arabe

Des sites spécialisés dans le suivi de vols en temps réel ont signalé que des avions syriens et russes étaient arrivés à la base aérienne libyenne al-Khadem, au moment où Ghassan Salamé a déclaré que les pays membres du Conseil de sécurité international qui avaient soutenu l’offensive armée de Khalife Haftar, l’année dernière, étaient «hypocrites».

Le site «RadarBox» a montré «qu’un avion de type Iliouchine-76, appartenant au régime syrien, avait décollé lundi soir depuis Damas, passant par Lattaquié, et allant vers l’Égypte, avant de disparaître des radars une fois arrivé à l’ouest d’Alexandrie».

De sa part, le site «FlightAware» a publié des photos, traçant la direction du même avion syrien, depuis son entrée dans l’espace aérien égyptien.

Le site signala que «l’avion s’était dirigé, lundi, vers la base al-Khadem en Libye, et indiqua qu’il a été détecté à nouveau, mardi, alors qu’il quittait l’Égypte vers la Syrie».

Un avion russe 

FlightAware a également signalé avoir suivi le vol d’un avion-cargo russe, de type Iliouchine-76 également, précisant «qu’il avait décollé de Moscou vers l’aéroport Hmeimim à Lattaquié en Syrie, passant par l’Égypte et allant vers les frontières libyennes, avant de disparaître des radars», au moment où l’observatoire «Bosphore» a signalé que l’avion russe s’est dirigé vers la base libyenne al-Khadem.

Salamé attaque les pays qui ont soutenu Haftar et les traite d’«hypocrites»

Dans un contexte proche, l’ancien envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé, a dénoncé «l’hypocrisie» de certains pays membres du Conseil de sécurité, les accusant de l’avoir « poignarder dans le dos », en soutenant l’offensive qu’avait lancée Khalifa Haftar contre Tripoli, en avril 2019.

Lors d’une interview qu’il avait tenue mercredi soir avec le Centre pour le dialogue humanitaire, Salamé avait déclaré : «Je n’ai plus aucun rôle, le jour où Haftar avait attaqué Tripoli, il avait le soutien de la majorité des membres du Conseil de sécurité, alors que moi, sur terrain, j’étais critiqué car je n’avais pas pu l’arrêter».

Il affirma que les discussions qui étaient à l’époque en cours, pour résoudre la crise libyenne, avaient été avortées avec le lancement de l’offensive de Haftar, en rappelant qu’elle fut lancée quelques jours avant l’organisation de la conférence nationale de Ghadamès, que les Nations unies avaient préparée avec l’assistance du Centre pour le dialogue humanitaire.

Salamé indiqua également que «des pays importants ne se sont pas contenté de soutenir Haftar, mais se sont engagés contre la conférence de Ghadamès», affirmant que «ces derniers ne voulaient pas que la conférence ait lieu».

«Je suis très en colère», avait-il ajouté, en signalant que «le système international actuel était déstabilisé, spécialement concernant l’implication militaire directe dans les conflits locaux», et en déplorant que «des chefs de pays importants soient dépourvus de conscience».

Rappelons que Ghassan Salamé, représentant des Nations unies pour la Libye depuis 2017, avait démissionné de son poste en mars dernier, expliquant à l’époque «que son état de santé ne lui permettait plus de suivre le rythme de son travail», et soulignant «que pendant plus de deux ans, il s’était donné à fond pour réunir les Libyens, stopper les ingérences étrangères et conserver l’unité du pays».

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

La Libye et l’Italie signent un accord gazier de 8 milliards de dollars

Les compagnies pétrolières libyenne NOC et italienne Eni, ont signé ce samedi, un accord gazier de 8 milliards de dollars, ce qui représente le...

Libye: le calme règne à Tripoli après des affrontements armés

Le calme est revenu jeudi matin dans le sud de la capitale libyenne, Tripoli, après des affrontements armés, mercredi, entre deux forces de sécurité...

Libye: L’Onu espère un accord rapide sur une base constitutionnelle pour tenir les élections

Le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu et chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (Manul) Abdoulaye Bathily, a souligné...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici