22 C
New York
jeudi, mai 30, 2024

Buy now

spot_img

Des mercenaires étrangers annulent une mission secrète en Libye, après un désaccord avec Haftar sur la qualité des avions

Courrier arabe

Le journal américain, The New York Times, a indiqué, dimanche, que les mercenaires étrangers, arrivés en Libye en juin dernier, étaient partis vers Malte à cause d’un désaccord qu’ils avaient eu avec Khalifa Haftar, concernant la qualité des hélicoptères qu’ils avaient ramenés comme renfort.

«Bien que la mission n’ait durée que 4 jours, l’échec des mercenaires, venus en Libye –sous prétexte de garder des structures pétrolières-, renvoie l’image claire de la nature du conflit libyen», nota un article du journal, en déplorant le fait que «la guerre en Libye avait transformé le pays en un terrain florissant pour les trafiquants d’armes et les mercenaires et les autres avantageux qui violent l’embargo international d’armement sans redouter les conséquences».

Une mission secrète mais de courte durée

Le journal indiqua que «l’équipe composée de 20 mercenaires armés, était dirigée par Steve Lodge, un ancien officier de l’armée de l’Afrique du Sud, qui avait aussi servi l’armée britannique», précisant que «leur mission était d’intercepter des cargaisons d’armes turques arrivées à travers la mer et destinées au gouvernement de Tripoli».

Il signala que «6 hélicoptères furent achetés depuis l’Afrique du Sud et transférés par camion vers l’aéroport international du Botswana», notant que «bien qu’elle soit secrète, la mission avait laissé derrière elle plusieurs indices, à commencer par les photos qu’un magazine du Botswana avait publié sur Internet, démontrant trois hélicoptères attachés à des camions qui roulaient sur l’autoroute».

« Aussi, les documents indiquaient que les hélicoptères étaient destinés à être livrés en Jordanie, mais ils ont fini à Benghazi, près du quartier général de Khalifa Haftar », avait-il ajouté.

Le bout du fil mène très loin

Selon le New York Times, «le chef de l’équipe s’était chargé des négociations pour conclues puis payées par des compagnies qui se trouvent à Dubaï et qui sont contrôlées par Christiaan Durrant, un homme d’affaire australien et un ancien pilote et un partenaire proche de Erik Prince, un mercenaire et un homme d’affaire américain, étroitement lié au président américain Donal de Trump».

Il nota aussi : «Au moment du lancement de l’opération attribuée aux mercenaires envoyés en Libye, en juin dernier, une campagnie émiratie avait payé 60 mille dollars au profit un groupe de pression à Washington, pour promouvoir les affaires géopolitiques de l’Afrique auprès de Maison-Blanche», rappelant que «Washington soutenait le gouvernement de Tripoli alors que Trump avait ouvertement soutenu Haftar, au moment où des hauts responsables américains avaient accordé le feu vert à Haftar pour lancer son offensive armée contre Tripoli».

Vers la fin de son article, le journal expliqua que «les grandes forces ne pouvaient pas se mettre d’accord sur l’identité de la partie qui devra être punie au sujet de la violation de l’embargo d’armes imposé au pays», précisant que le fait revenait «soit à cause du conflit public concernant le dossier libyen, soit à cause de certains pays qui adoptent des politiques contradictoires et assez floues, à l’image des États-Unis».

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

La Libye et l’Italie signent un accord gazier de 8 milliards de dollars

Les compagnies pétrolières libyenne NOC et italienne Eni, ont signé ce samedi, un accord gazier de 8 milliards de dollars, ce qui représente le...

Libye: le calme règne à Tripoli après des affrontements armés

Le calme est revenu jeudi matin dans le sud de la capitale libyenne, Tripoli, après des affrontements armés, mercredi, entre deux forces de sécurité...

Libye: L’Onu espère un accord rapide sur une base constitutionnelle pour tenir les élections

Le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu et chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (Manul) Abdoulaye Bathily, a souligné...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici