19.8 C
New York
jeudi, mai 30, 2024

Buy now

spot_img

Maroc: le journaliste Omar Radi convoqué par la police marocaine

Deux jours après la publication d’un rapport d’Amnesty International mettant en avant la responsabilité de l’Etat marocain dans l’espionnage du journaliste Omar Radi, ce dernier a reçu, mercredi 24 juin, une convocation de la police marocaine. Il y est demandé au journaliste de se présenter, jeudi 25 juin à 10 heures (heure de Paris), à la brigade nationale de la police judiciaire, une unité de la direction générale de la sûreté nationale. Aucun motif à cette convocation n’a été précisé.

Dans la soirée, le procureur du roi du Maroc auprès la cour d’appel de Casablanca a confirmé cette convocation. Elle aura lieu, selon un communiqué, dans le cadre « d’une enquête sur son implication présumée dans une affaire d’obtention de financements de l’étranger, en relation avec des services de renseignement. »

« Je trouve l’accusation du parquet absolument ridicule », a répondu Omar Radi, mercredi soir, dans une déclaration transmise au collectif international de journalistes Forbidden Stories – dont Le Monde fait partie. « C’est clairement lié aux récentes révélations d’Amnesty International et Forbidden Stories sur le fait que mon téléphone a été espionné par le Maroc à travers une technologie israélienne », affirme le journaliste marocain dans cette déclaration.

Inquiétude internationale

Omar Radi, journaliste et militants des droits de l’homme, condamné en début d’année au Maroc pour un Tweet critiquant la justice de son pays, a vu, en 2019, son iPhone être visé par une attaque informatique sophistiquée. Selon les constatations techniques d’Amnesty, seul l’Etat marocain était capable de mettre en œuvre cette attaque nécessitant un équipement extrêmement coûteux ou une collaboration des opérateurs téléphoniques.

Les autorités marocaines n’avaient pas souhaité répondre aux questions du collectif de Forbidden Stories, dont font aussi partie le Guardian, le Washington Post ou encore la Süddeutsche Zeitung, et à qui Amnesty International avait transmis ses conclusions.

Mercredi soir, Forbidden Stories, qui travaille sur la protection du travail des journalistes, se disait « très inquiet » sur Twitter, après l’annonce de cette convocation par la police marocaine.

Dans un entretien réalisé par le collectif au nom de tous les médias partenaires de ce travail d’investigation, Omar Radi avait violemment critiqué le rôle des autorités marocaines dans son piratage, soulignant une éventuelle responsabilité de la direction générale de la surveillance du territoire (DGST), un service de renseignement marocain. « Ils sont censés surveiller le territoire, mais ils interviennent aussi beaucoup dans le champ politique. Et ils révèlent la vie privée des gens, ils exposent d’autres, ils font s’entre-tuer d’autres. Ils font beaucoup de sale boulot, c’est un appareil de barbouzes », avait taclé le journaliste.

« Je n’ai peur de rien, j’y vais la tête haute. Mon but, c’est de révéler à travers mon journalisme les injustices et la vraie réalité du Maroc, et militer pour un Maroc meilleur en tant qu’activiste », réaffirme, mercredi soir, Omar Radi dans sa déclaration transmise après cette convocation.

Les experts d’Amnesty International ont notamment découvert, en examinant les traces laissées par l’attaque, les signes d’une implication de l’entreprise israélienne NSO. Cette dernière a annoncé se pencher sur les révélations de l’ONG.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Maroc: L’inflation a atteint 8,9 % en janvier

Le taux d'inflation annuel au Maroc s'est accéléré à 8,9% en janvier, contre 6,6% en décembre. Le Haut-commissariat du plan (l'organisme officiel en charge des...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Maroc: la Banque centrale dément toute dépréciation du dirham

La Banque centrale du Maroc a démenti que la valeur de la monnaie unique européenne, "euro", ait atteint 18 dirhams, soulignant qu'elle ne valait...

Les Marocains protestent contre la normalisation avec Israël

Des milliers de Marocains ont organisé, samedi, des manifestations en signe de protestation contre la normalisation des liens avec Israël dans plusieurs villes du...

1 COMMENTAIRE

  1. Franchement, c’est inadmissible, en tant que média vous devriez attendre qu’il y’est des preuves de l’accusation au lieu de diffamer et de porter atteinte à la réputation du Maroc à travers des allégations infondées, le titre de la photo HACKED ne vise qu’a faire de Radi un héros.
    Amnesty devrait avoir honte et s’occuper des vrais dossiers (roohingas, droits des palestiniens ……. et j’en passe ). Les fake news des associations et des médias eux meme sont devenus monnaie courante .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici