mercredi, janvier 19, 2022

Omicron présent aux Pays-Bas depuis le 19 novembre, avant l’Afrique du Sud

Le nouveau variant du Covid-19 se propage et inquiète le monde. Les autorités sanitaires néerlandaises ont annoncé, mardi 30 novembre, avoir déjà détecté Omicron dans un test prélevé le 19 novembre. Soit près d’une semaine avant l’annonce de cas par l’Afrique du Sud.

Le variant Omicron a déjà été détecté dans deux échantillons de tests prélevés aux Pays-Bas les 19 et 23 novembre derniers, a déclaré, mardi 30 novembre, l’Institut néerlandais de la santé et de l’environnement (RIVM). Des contrôles sont en cours pour voir dans quelle mesure il s’est propagé, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Bénazet.

Les Pays-Bas ont fait état lundi de 14 passagers arrivés d’Afrique du Sud porteurs d’Omicron. Or, les deux échantillons avaient été prélevés avant même que Pretoria ne rapporte à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avoir détecté ce nouveau variant le 24 novembre, suscitant un vent de panique et une interdiction de nombreux territoires des voyageurs en provenance de l’Afrique australe.

La traçabilité des cas détectés en observation

D’autres cas du variant Omicron ont été détectés en Europe dans des échantillons prélevés avant l’annonce même de l’Afrique du Sud. La Belgique avait notamment été le premier pays européen à identifier le variant Omicron sur un patient « qui venait de l’étranger. Testé positivement [au coronavirus] le 22 novembre », avait précisé le 26 novembre le ministre belge de la Santé.

Il n’est pas encore possible de savoir « si les personnes concernées [dans les cas précédents] se sont également rendues en Afrique australe », a précisé le RIVM, ajoutant que les personnes testées avaient été informées et que les services de santé municipaux avaient commencé à enquêter sur leurs contacts.

« Au cours de la période à venir, diverses études seront menées sur la propagation du variant Omicron aux Pays-Bas », a déclaré l’Institut, ajoutant qu’il réexaminerait davantage d’échantillons des tests précédents.

Avec 16 cas désormais confirmés, les Pays-Bas comptent l’un des chiffres les plus élevés de contaminations par le nouveau variant en Europe à ce stade. La menace sur le Vieux Continent est de plus en plus grande, bien que l’on en sache encore peu sur Omicron.

Un variant qui retient l’attention des journaux

Un variant qui retient largement l’attention des quotidiens néerlandais ce mercredi 1er décembre, en particulier à travers l’histoire de ce couple hispano-portugais arrivé, vendredi, dans l’un des deux avions où quatorze passagers se sont révélés positifs et porteurs d’Omicron. Ces deux passagers étaient eux, négatifs, mais ils ont été appréhendés par la maréchaussée royale samedi après avoir rompu la quarantaine imposée dans un hôtel de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol.

La justice batave a finalement décidé de ne pas les poursuivre, annoncent les quotidiens néerlandais, et pendant ce temps-là le RIVM entame une course contre la montre. Plus de 635 Néerlandais précédemment arrivés d’Afrique australe se sont déjà signalés pour un réexamen révèlent les quotidiens. Pour les commentateurs néerlandais cependant, si Omicron était déjà aux Pays-Bas, ceux-ci se demandent quelle est la logique de maintenir la suspension des vols avec l’Afrique australe, d’autant que le RIVM n’a aucune certitude que les infections détectées aient un rapport avec la région.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos