mardi, décembre 1, 2020

ONU: le secrétaire général dénonce une «interférence étrangère sans précédent» en Libye

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a dénoncé mercredi une «interférence étrangère ayant atteint des niveaux sans précédent» en Libye, avec «la livraison d’équipements sophistiqués et le nombre de mercenaires impliqués dans les combats».

S’exprimant lors d’une visioconférence ministérielle du Conseil de sécurité, Antonio Guterres a notamment exprimé son inquiétude sur le regroupement de forces militaires autour de la ville de Syrte, située à mi-chemin entre Tripoli à l’ouest et Benghazi à l’est.

«Concentration militaire alarmante»

Les forces du Gouvernement d’union libyen (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, «avec un soutien externe significatif, continuent leur avance vers l’est et sont maintenant à 25 km à l’ouest de Syrte», a-t-il relevé. Dans le passé, les forces du GNA ont tenté à deux reprises de prendre la ville, a précisé le chef de l’ONU. Soutenu par la Turquie, le GNA est opposé aux forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen, notamment appuyé par l’Egypte et les Emirats Arabes Unis.

La Turquie réclame des excuses à la France après de «fausses» accusations sur l’incident en Méditerranée

«Nous sommes très préoccupés par la concentration militaire alarmante autour de la ville et le haut niveau d’interférence étrangère directe dans le conflit en violation de l’embargo sur les armes décrété par l’ONU, les résolutions du Conseil de sécurité et les engagements pris par les Etats membres à Berlin» en janvier, a insisté Antonio Guterres. Il n’a désigné aucun pays en particulier.

Future zone démilitarisée ?

Le secrétaire général a aussi indiqué que les discussions menées par l’ONU avec des représentants militaires des deux parties portaient notamment sur «le départ des mercenaires étrangers», une «coopération antiterroriste», un «désarmement et une démobilisation», ainsi que sur «la possibilité d’un mécanisme de cessez-le-feu». Il a aussi évoqué sans détails la possibilité de créer une «zone démilitarisée» dont le contrôle serait confié à la mission de l’ONU présente en Libye.

La présence en Libye de mercenaires russes et syriens (affiliés au régime syrien pour ceux combattant avec les troupes de Haftar, et relevant de l’opposition pour ceux présents au côté des forces du GNA) a été souvent évoquée depuis le début de l’année. Les dernières activités militaires au sud de Tripoli et dans la région de Tarhouna se sont traduites par la fuite de près de 30.000 personnes, portant le nombre de déplacés internes en Libye à plus de 400.000, a aussi déploré le chef de l’ONU.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Pompeo au Sultanat d’Oman pour discuter des derniers développements régionaux

Le sultan d'Oman, Haïtham ben Tarik, a discuté avec le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo des derniers développements dans la région, rapporte l'agence de presse omanaise...

Libye : Invalides des milices de Haftar protestent contre la négligence des autorités

En Libye, un groupe d’invalides, des anciens combattants des milices du général à la retraite, Khalifa Haftar, a protesté, dimanche, contre la dégradation de...

Émirats arabes unis : La plus grande entreprise de bâtiment se déclare officiellement en...

La société de construction qui a contribué à la construction du plus haut bâtiment du monde aux Émirats arabes unis, Arabtec Holding, a officiellement annoncé...

L’armée Azerbaïdjanaise entre à Lachin conformément à l’accord avec l’Arménie

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a annoncé, lundi, l’entrée des forces armées azerbaïdjanaises dans la province de Lachin, après 28 ans d’occupation arménienne, suite à...

L’arme utilisée pour tuer le scientifique iranien a été fabriquée en Israël, selon Press...

L’arme ayant servi à tuer le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh près de Téhéran a été fabriquée en Israël, a rapporté lundi la chaîne de télévision...