dimanche, avril 18, 2021

Qatar : «La fin du blocus est peut-être proche, mais la crise du Golfe aura besoin de plus de temps»

Courrier arabe

La porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, Lolwah al-Khater, a déclaré, mercredi, que «la fin du blocus imposé à son pays pouvait-être proche», tout en soulignant que la résolution de la crise du Golfe risquait de prendre plus de temps.

Ses propos se sont présentés, selon l’agence de presse qatarie (QNA), «lors d’une conférence intitulée «Les petits Etats à l’époque du conflit : L’optique qatarie», qui fut organisée en vidéo conférence par l’institut du Moyen-Orient à l’université nationale de Singapour».

Al-Khater évoqua avec fierté «la capacité démontrée par le Qatar pour faire face aux défis, et l’évolution prospère qu’il a réalisé malgré le blocus injuste et qui se poursuit pour plus de trois ans».

Face à la crise, les mesures immédiates

Elle signala que «certains s’attendaient à ce que le Qatar se rende dès les premières semaines du blocus, mais ceci n’était pas produit », indiquant que «Doha avait entrepris de mesures spécifiques pour surmonter la crise».

«Les trois premières étaient décisives, à commencer par interdire l’intervention militaire, puis prendre en compte la flexibilité politique, pour ensuite se diriger vers les chaînes alternatives d’approvisionnement», avait-elle expliqué, en précisant que «le plus important était le renforcement de l’union et de la solidarité au niveau du front interne du pays».

Elle ajouta: «Le Qatar a parfaitement réussi à gérer ce dossier et a su traiter les défis immédiats, avant de songer à recourir à la loi internationale pour obtenir ses droits et prouver la justesse de sa position».

Face à la crise, les mesures à long terme

La porte-parole indiqua «qu’à long terme, son pays s’est focalisé sur la variation des ressources et des relations bilatérales et sur le renforcement des domaines importants et vitaux comme la sécurité alimentaire».

Elle souligna également «le rôle important qu’avait joué Doha sur la scène internationale, dans les domaines politiques ou économiques, soit autant que médiateur pour résoudre les conflits internationaux, soit en utilisant sa position comme étant l’un des premiers pays exportateurs de gaz naturel au monde».

« Les petits Etats à l’époque des conflits »

La responsable qatarie souligna que «les petits Etats pouvaient jouer un rôle important pour résoudre les conflits et éteindre le feu des tensions», parlant de «la série des succès que la diplomatie qatarie avait marquée tout au long des nombreuses années, et dont la signature de l’accord de Doha pour la paix en Afghanistan fut l’un des plus récents».

Elle mentionna aussi «que la principale victoire réalisée par la médiation qatarie était de faire participer la femme afghane dans les comités de négociations».

«Rien que le fait de voir que les Talibans ont accepté de s’assoir sur une table de négociations où se trouvent des femmes afghanes est déjà une victoire», avait-elle déclaré, en affirmant que «ces dernières furent respectées par toutes les parties, tout au long des négociations».

Lors de son intervention, al-Khater a notamment commenté l’accord de normalisation signé par les EAU et le Bahreïn avec Israël, insistant sur le fait que «l’affaire palestinienne ne pourra être résolue que selon une proposition où les Palestiniens feront partie».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos